L'ancien directeur financier d’EDF se fait lanceur d’alerte contre le projet d’EPR britannique

Deux mois après avoir démission d’EDF,Thomas Piquemal l’ancien directeur financier explique les raisons de son départ devant la représentation nationale. Sans remettre en cause l’intérêt du projet Hinkley Point, il juge que, dans les conditions actuelles, un tel chantier aurait pu amener EDF dans la situation d’Areva.

Partager
L'ancien directeur financier d’EDF se fait lanceur d’alerte contre le projet d’EPR britannique

Ce 3 mai, la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, dans le cadre d’une enquête sur le nucléaire, auditionnait Thomas Piquemal, ancien directeur financier d’EDF. Le 1er mars, il démissionnait de ses fonctions en raison d’un désaccord avec le PDG Jean-Bernard Lévy sur l’imminente décision finale d’investissement pour la construction de deux EPR à Hinkley Point en Angleterre. Un projet de 24 milliards d’euros, dont 16 milliards d’euros à la charge de l’électricien.

C’est la première fois que l’ancien dirigeant prenait la parole depuis son départ. Et il n’a pas caché sa déception d’avoir dû quitter le groupe où il a exercé pendant six ans. "En désespoir de cause, j’ai dû prendre cette décision… en désespoir tout court", assure-t-il lors de ses propos liminaires.

Le projet a changé

Il a retracé les événements survenus depuis le 21 octobre 2013, date à laquelle EDF, Areva, les partenaires chinois et le gouvernement britannique ont annoncé un accord global pour la construction des deux réacteurs. Cet accord reposait sur trois piliers : une garantie de prix, la garantie du trésor britannique sur la dette du projet et un tour de table permettant à EDF de ne financer "que" 45 à 50 % du projet.

"Mais courant 2014, tout a changé, ce n’était déjà plus le même projet", assure-t-il. D’une part, le gouvernement ne voulait pas prendre le risque d’une "tête de série ", étant donné les retards de l’EPR en construction en France à Flamanville (Seine-Maritime). D’autre part, la situation s’est considérablement dégradée du côté d’Areva, qui n’allait pas pouvoir assurer une participation de 10 %.

Renégocier avec les Anglais

Quand Jean-Bernard Lévy a pris la direction d’EDF fin 2014, il a demandé à ce que Hinkley Point soit consolidé dans le bilan d’EDF, rapporte Thomas Piquemal. Ce dernier propose alors "de négocier un délai de trois ans avec le client (le gouvernement britannique) car le poids de ce projet serait trop lourd à porter pour EDF seul".

"(Renégocier) n’était pas la solution de facilité", reconnait l’ancien directeur financier et "l’entreprise a fait le choix de ne pas étudier ce scenario et de consolider le projet sur le bilan de l’entreprise malgré les nouveaux retards de Flamanville, les problèmes de la cuve, la défaillance d’Areva, la reprise d’Areva NP par EDF et l’effondrement des prix de marché ", déplore-t-il.

Le risque EPR

Thomas Piquemal cherchera alors une ultime fois des partenaires financiers extérieurs mais "à l’exception des chinois, personne n’acceptait de prendre le risque EPR". Il fallait alors renforcer les fonds propres d’EDF pour éviter que le projet ne soit trop risqué : "Qui parierait 60 % de son patrimoine sur une technologie (l’EPR) dont on ne sait pas si elle fonctionne alors que ça fait 10 ans qu’on essaie de la construire ?"

Fin février 2016, le directeur financier se retrouve pressé par le temps. Il assure alors avoir dû se rendre à l’évidence. "Je ne peux pas cautionner une décision qui pourrait amener un jour EDF à se trouver dans la situation d'Areva (si le projet Hinkley Point se déroule mal)". Il quittera EDF, jugeant que ne rien dire aurait été déloyal vis-à-vis de l’entreprise.

Aujourd’hui, le projet Hinkley Point est toujours en discussion chez EDF, avec un fort soutien du gouvernement. Il doit être présenté en détails aux organisations syndicales, qui multiplient les alertes sur cet investissement et sur la santé financière du groupe. Thomas Piquemal juge toutefois que, fin 2015, "EDF n’est pas en difficulté financière" et que les positions délicates de l’entreprise à l’étranger (Etats-Unis et Allemagne) et ses participations minoritaires dans des entreprises (EDF EN et Dalkia) ont été revues de manière à renforcer EDF.

Ludovic Dupin

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité /Navigabilité F/H

Safran - 09/11/2022 - CDI - Niort

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - OCAPIAT

Fourniture de signalétique et publicité sur lieu de vente

DATE DE REPONSE 16/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS