L'Amérique sauvée par l'automobile et la défense. La chimie de TotalFinaElf en question. L'automobile allemande est prudente. Soupçons sur les vedettes des télécoms. Dassault s'invite au Figaro...

Partager

L'Amérique échappe de justesse à la récession. Tout au moins si l'on s'en tient à la stricte définition : deux trimestres consécutifs de baisse du PIB. Or, le PIB américain a progressé de 0,2% au dernier trimestre. Cependant, remarquent Les Echos, ce résultat est dû notamment aux achats de voitures, dopés par les crédits à taux zéro, et au boum des dépenses militaires.

TotalFinaElf a bien résisté à la baisse du pétrole. Malgré la chute des prix de 14% l'année dernière, la compagnie pétrolière enregistre un résultat net record de 7,64 milliards d'euros en 2001, annoncent Les Echos.

Par ailleurs, TotalFinaElf va continuer à élaguer sa branche chimie, affirme La Tribune. Le pôle chimie (Atofina) a déjà cédé pour 800 millions d'euros d'activités en deux ans, et ce chiffre devrait doubler d'ici à 2003. L'explosion de l'usine AZF a relancé les inquiétudes des syndicats sur l'avenir de la chimie au sein du groupe. Quant aux investisseurs, ils constatent que la chimie emploie 58% des effectifs (soit 72.000 personnes), réalise un cinquième du chiffre d'affaires, et un treizième du bénéfice opérationnel.

RWE devient le n°2 européen du transport de gaz, en rachetant le tchèque Transgas, annonce La Tribune. Le groupe allemand de l'énergie marque des points face à son compatriote E.ON, qui se débat avec l'office des cartels qui refuse de lui laisser reprendre le n°1 allemand du secteur, Ruhrgaz.

L'industrie automobile allemande est prudente pour 2002. La VDA, la fédération de l'industrie automobile allemande, s'attend à un nombre d'immatriculations stable par rapport à 2001 (entre 3,2 et 3,3 millions) sur son marché domestique. En 2001, le marché allemand avait baissé de 1%, rappellent Les Echos. Les exportations, en revanche, avaient progressé de 6%. Mais elles seront en recul cette année.

Après les petits opérateurs l'an dernier, c'est au tour des vedettes des télécoms : Global Crossing, l'opérateur américain mis en faillite, n'est pas un cas isolé, affirment Les Echos. Level 3, l'une des stars mondiales des réseaux en fibre optique, donne des signes de défaillance. Du coup, tout le secteur suscite la méfiance des investisseurs, et même un opérateur solide comme WorldCom est l'objet de rumeurs folles. Les économies américianes et européennes vont payer cher leur suréquipement en réseaux de télécoms, nés à l'époque - toute proche- où l'on croyait qu'avec Internet la demande en capacité de télécommunications allait croître de 50% par an. Aujourd'hui, opérateurs et équipementiers se retrouvent englués dans des montages financiers inextricables.

Sachez enfin que Dassault entre au capital de la Socpresse, la société éditrice du quotidien Le Figaro. Dassault détiendra 30% du capital et des droits de vote, le reste restant entre les mains de la famille Hersant. C'est dans La Tribune.

A demain !

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS