L’Alsace, pionnière du pétrole

Alors que l’exploitation du pétrole a débuté à Pechelbronn en 1740 et cessé dans les années 1970, plusieurs sociétés relancent l’exploration en Alsace en espérant profiter d’un prix du baril élevé pour rentabiliser l’opération.

Partager
L’Alsace, pionnière du pétrole
Quand l'Alsace ressemblait au Far West

Connues depuis la nuit des temps, les résurgences huileuses des forêts du nord de l’Alsace furent utilisées dès le XVe siècle par les apothicaires comme remède pour soigner les maux de dents ou les plaies. Il faudra attendre 1734 pour qu’un étudiant en médecine, Jean-Théophile Hoeffel, formalise dans une thèse les bienfaits médicinaux de l’huile de Pechelbronn. Il mentionne aussi des essais de distillation, inventant sans le savoir le pétrole lampant.

De la première société pétrolière à la première raffinerie

Cette thèse est à l’origine de l’exploitation du gisement dès 1735 par Jean Damacène d’Eyrinis, puis en 1740 par Ancillon De La Sablonnière qui commercialisait déjà de l’asphalte suisse pour calfater les bateaux. Il crée pour cela en 1741 la première société pétrolière par actions. Des premiers forages à l’aide de tarières permettent d’accéder à des filons de sables bitumeux situés à quelques mètres de profondeur dont on extrait l’huile dans un laboratoire par lessivage à l’eau bouillante. C’est la première raffinerie. La distillation permet ensuite d’obtenir des produits pharmaceutiques, de l’huile pour les lampes, de la graisse (l’oing noir) et de la poix. A cette époque, les produits étaient conditionnés dans des futs en bois d’une contenance de 159 litres, les fameux barils qui devinrent l’unité de mesure internationale permettant de quantifier la production d’un puits ou le potentiel d’un réservoir.

Un siècle plus tard, ces méthodes archaïques firent place à des techniques plus industrielles. On débute en 1879 le forage mécanique des puits et l’on atteint, dans un premier temps, des couches productrices entre 300 et 700 mètres de profondeur, puis l’on descend jusqu’à 1 200 mètres. Le champ pétrolifère de Pechelbronn couvre une zone de 35 km de long sur 15 de large s’étendant de Wissembourg à Brumath. Il est constitué de lentilles de sable de 2 à 10 mètres d’épaisseur sur 2 à 5 km de long et de 10 à 30 mètres de large. C’est ce qui rend son exploitation difficile et sa rentabilité faible.

La première pompe à balancier est installée en 1882. Ce premier puits restera en exploitation jusqu’en 1921 et produira 15 794 tonnes de brut. Entre temps, le laboratoire original a cédé la place à une vraie raffinerie industrielle qui produira dès 1873 du pétrole lampant baptisé ‘‘huile blanche’’.

La naissance de Schlumberger

Notons une originalité des sites d’exploitation alsaciens. A partir de 1917, à l’initiative de Paul de Chambrier, 430 km de galeries furent creusés dans les couches pétrolifères à une profondeur comprise entre 150 et 400 mètres. L’huile qui suintait dans les galeries était récupérée dans des puisards afin d’être remontée à la surface par pompage.

Après la Première Guerre Mondiale, les installations modernisées produisent 75 000 tonnes de brut par an. En 1927, les exploitants adoptent le nom d’Antar pour l’ensemble de leurs productions. C’est aussi à cette date que les frères Marcel et Conrad Schlumberger font à Pechelbronn leurs premiers essais de caractérisation du sous-sol par conductivité électrique. Une méthode qui connaitra le succès auprès de tous les pétroliers du monde et fera leur fortune.

En 1936, les gisements et raffineries de Pechelbronn produisent 6 % de l'essence consommée en France, 7 % du pétrole lampant, 16 % du gasoil, 1 % du white-spirit, 35 % de l’huile, 3 % de la paraffine et 23 % du coke, bitume et brai. Détruites lors d’un bombardement allié en août 1944, les installations seront reconstruites et resteront en activité jusqu’en 1970.

On estime que 3 300 000 tonnes de brut ont été extraites du champ pétrolifère de Pechelbronn, soit environ 20 % de sa capacité. Ce qui en période de pétrole cher réveille l’intérêt pour ce site ancestral. Ainsi, alors que trois champs sont toujours exploités avec une dizaine de pompes, deux nouveaux permis viennent d’être accordés et les premiers forages débutent, tandis que cinq autres dossiers ont été déposés auprès des autorités compétentes.

Et ça, c’est nouveau !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.musee-du-petrole.com

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

« Le roman permet d'aborder des sujets arides»

« Le roman permet d'aborder des sujets arides»

L'auteur Tom Connan a publié son deuxième roman «Pollution», un récit où se croisent les questions d'écologie, d'environnement, du numérique et du...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Lille

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

77 - Mitry-Mory

Fourniture de colis de Noël pour personnes âgées

DATE DE REPONSE 09/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS