L'alliance (pas si) étonnante de STX France et du CEA Tech

,

Publié le

Le chantier naval STX France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et le CEA Tech viennent de signer un accord stratégique pour cinq ans. Le pôle de recherche du CEA va apporter son savoir-faire technologique pour aider STX à optimiser encore mieux sa production.


L'Ulysseas - STX

Mais pourquoi un grand chantier naval irait-il signer un partenariat avec le pôle de recherche du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA Tech) ?

Cet accord, conclu pour une durée de cinq ans, montre au contraire l’importance des développements technologiques pour un chantier réputé pour la qualité de ses paquebots. Au programme : l'optimisation de la production grâce à une modernisation des procédés. 

Avec cet accord, le CEA Tech, constitué des trois instituts Leti, Liten, List et de l’Institut CEA Tech en région, va apporter son savoir-faire dans les domaines des systèmes numériques, des micro et nanotechnologies, de l’énergie et des matériaux.

"Gagner quelques longueurs d’avance"

Premier acte concret de développement envisagé, le dialogue des données informatiques en environnement difficile sur l’ensemble du navire pendant la construction, puis en phase d’exploitation.

CEA Tech travaillera également sur l’identification des pièces en temps réel à l’intérieur du navire en construction et sur le contrôle non destructif pour vérifier l’état d’intégrité des structures et des matériaux.

Les recherches porteront également sur la conception de cobots, ces robots collaboratifs capables de travailler avec les hommes, pour faciliter la manutention de charges lourdes.

Laurent Castaing, le directeur général de STX France, compte sur cette collaboration pour "gagner quelques longueurs d’avance".

Jean Therme, le directeur du CEA Tech, rappelle que son pôle de recherche est "missionné par le gouvernement pour améliorer la "compétitivité - qualité" des entreprises dans le cadre de la stratégie nationale".

Apporter un complément sans doublonner

La plate-forme régionale du CEA Tech de Bouguenais, juste à côté de Nantes (Loire-Atlantique), va servir de tête de pont. L’essentiel des développements sera effectué à Grenoble, qui met sa "force de frappe" au service des entreprises. La partie microélectronique, par exemple, bénéficie à Grenaoble de pas moins de 10 000 mètres carrés de salles blanches.

Le CEA Tech n'exclut pas que la collaboration avec STX pourrait amener à terme à renforcer l’équipe nantaise.Elle ne compte actuellement qu’une quinzaine de personnes.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte