L'allemand Trimet en négociations pour reprendre les sites français de Rio Tinto

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a annoncé, le mercredi 13 mars, que le groupe anglo-canadien Rio Tinto avait entamé des "négociations exclusives" avec l'allemand Trimet "pour la reprise" des sites français de Castelsarrasin et Saint-Jean de Maurienne.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'allemand Trimet en négociations pour reprendre les sites français de Rio Tinto

Déjà présenté comme un candidat sérieux à la reprise des sites français de Rio Tinto Alcan, l'allemand Trimet serait rentré en "négociations exclusives" avec le groupe minier anglo-canadien.

"Rio Tinto a engagé des négociations exclusives avec l'entreprise Trimet pour la reprise du site de Castelsarrasin, mais également de Saint-Jean de Maurienne", a déclaré le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg à l'Assemblée nationale.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"L'alliance que nous proposons, c'est une alliance de la Banque publique d'investissement, des salariés du territoire savoyard, mais également de capitaux allemands", a poursuivi le ministre, qui répondait à une question du député UMP de Savoie Hervé Gaymard.

Fondé en 1985, le groupe Trimet Aluminium AG se présente comme le premier producteur allemand d'aluminium. Il emploie 1 900 salariés répartis sur douze sites mais n'est pas encore implanté en France.

L'usine d'aluminium de Saint-Jean-de-Maurienne est menacée de fermeture depuis plusieurs mois, Rio Tinto ne souhaitant pas poursuivre l'exploitation du site à l'échéance du contrat d'électricité très avantageux avec EDF, qui arrive à échéance au printemps 2014.

A la mi-février, Arnaud Montebourg s'était montré optimiste quant à l'avenir du site savoyard et de celui de Castelsarrasin, dans le Tarn-et-Garonne. Le ministre avait indiqué que "des repreneurs" potentiels avaient été identifiés pour la reprise des deux sites français et estimé que les négociations avec Rio Tinto "pourraient aboutir dans les prochains mois" et "pérenniser les 600 emplois directs de ces deux usines et les quelque 1 000 emplois indirects".

Julien Bonnet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS