Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

L’allemand Mayer-Kuvert reprend les enveloppes GPV

, ,

Publié le

L’allemand Mayer-Kuvert reprend les enveloppes GPV
©Mayer-Kuvert - Logo

Social. Le délibéré est conforme aux prévisions. Mardi en fin de journée, le tribunal de commerce d'Aubenas (Ardèche) a retenu l'offre de l'allemand Mayer-Kuvert plutôt que celle de son concurrent espagnol Tompla pour la reprise du fabricant d'enveloppes et d'emballages postaux GPV, en redressement judiciaire depuis le 31 mai 2011. Ce plan entraine la suppression de 228 emplois sur 586. Il se traduit par le regroupement des activités de production à Roanne (Loire) et à Saint-Amarin (Haut-Rhin), au détriment du site de Davézieux (Ardèche).

Cette décision fait donc le bonheur des 239 salariés du site alsacien, où Mayer-Kuvert s'est engagé à maintenir l'emploi jusqu'à fin 2012. « Nous allons gagner des volumes de production et il faudra investir sur le site », commente Bruno Cléret, délégué syndical central CFTC. Le site de Roanne (Loire) et sa soixantaine d'emplois sont également préservés.
Le repreneur s’est toutefois engagé à maintenir 25 personnes à Davézieux jusqu’en 2013. Selon les syndicats, il serait aussi d’accord pour la création avant le 31 décembre 2011 dans les locaux ardéchois d’une SCOP spécialisée dans l’impression d’enveloppes. Cet atelier de repiquage pourrait employer une trentaine de personnes.

Reconfiguré, GPV prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 52 millions d’euros en année pleine pour une production de 2,5 milliards d’enveloppes.
Mayer-Kuvert-network se décrit comme le numéro 1 du secteur en Europe, avec 2 100 salariés et une capacité de production de 70 millions des produits par jour.

En France, il contrôlait déjà Envelnor-Kuvert, à Clarques (Pas-de-Calais).
Le groupe allemand a enregistré un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros en 2010, dont 17 millions avec sa filiale nordiste. Il emploie 2 100 personnes dans une quinzaine d’usines.

La reprise de GPV vise à conforter sa deuxième place en Europe, sur un marché qui doit faire face à des surcapacités et est en retrait de 25 % sur dix ans.

Vincent Charbonnier et Thomas Calinon
 

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle