L'Usine Energie

L'Allemagne s'interroge sur les moyens de réduire sa dépendance au gaz russe

, , , ,

Publié le , mis à jour le 31/03/2014 À 07H08

Un débat sur un réexamen de la stratégie énergétique de l'Allemagne afin de réduire sa dépendance envers le gaz russe à la suite de la crise ukrainienne suscite des tensions au sein de la coalition gouvernementale dirigée par la chancelière Angela Merkel.

L'Allemagne s'interroge sur les moyens de réduire sa dépendance au gaz russe

Plusieurs responsables du Parti social-démocrate (SPD), qui appartient à la "grande coalition" avec les conservateurs de Merkel, s'interrogent sur le bien-fondé d'une réorientation de la politique énergétique allemande.  Berlin importe environ 35% de son gaz de Russie. La question sera certainement débattue le mardi 1er avril quand la chancelière rencontrera les dirigeants des seize Länder pour parler de la réforme des subventions sur les énergies vertes. Hannelore Kraft, ministre-présidente du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie, fortement industriel, a exigé des explications de Merkel. "La chancelière doit nous dire exactement ce qu'elle veut", a-t-elle dit au Welt am Sonntag.

quelles alternatives au gaz russe ?

L'Allemagne s'est tournée ces dernières années vers les énergies renouvelables, un programme ambitieux qui prévoit notamment la fermeture de la filière nucléaire et une réduction de l'exploitation des énergies fossiles. Pour le ministre SPD de l'Economie et de l'Energie, Sigmar Gabriel, appuyé par les experts, il n'y a pourtant guère d'alternative au gaz russe et, malgré les tensions actuelles, il est peu probable que Moscou suspende ses exportations. Un avis partagé par le patron de Deutsche Post DHL, Frank Appel.

Autre signe de la volonté allemande de ne pas rompre ses liens énergétiques avec la Russie, Der Spiegel rapporte que le gouvernement Merkel a décidé de ne pas s'opposer à deux accords bilatéraux largement critiqués dans les médias, l'un concernant DEA, filiale pétrolière et gazière de RWE, l'autre Wintershall, filiale de BASF.

Au sein de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière, pourtant, des voix s'élèvent pour réclamer une diversification des sources d'énergie. On rappelle les deux "guerres du gaz" de 2006 et 2009, quand l'approvisionnement de l'Europe avait été perturbé en raison des tensions russo-ukrainiennes. "A l'avenir, il faut que nous puissions obtenir du gaz d'autres pays que la Russie", a souligné Ilse Aigner, ministre bavaroise de l'Energie.

Experts et responsables politiques évoquent les réserves du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord - Algérie, Libye, Qatar, notamment. La Norvège est également citée. Le gaz de schiste est aussi une option mais l'idée est vivement combattue par les écologistes.

Avec Reuters (Madeline Chambers, Guy Kerivel)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte