L'Allemagne rejette les appels à doper la capacité du MES

BERLIN (Reuters) - Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a rejeté dimanche les pressions en vue de renforcer la capacité du Mécanisme européen de stabilité (MES), futur fonds de secours permanent de la zone euro, ajoutant que Berlin s'en tiendrait aux 500 milliards d'euros négociés.

Partager

Ces propos font suite à des informations de presse selon lesquelles le président du Conseil italien Mario Monti souhaiterait que la capacité du MES soit doublée à 1.000 milliards d'euros.

"Nous nous en tenons à ce qui a été décidé en décembre", a déclaré Wolfgang Schäuble au micro de la chaîne allemande ARD. "Nous examinerons en mars si ce montant est suffisant."

Le projet d'accord sur la mise en place du MES, prévue pour la mi-2012, doit être examiné par les ministres des Finances de la zone euro lors de leur réunion de lundi et devrait être endossé par les chefs d'Etat et de gouvernement européens lors du sommet du 30 janvier, ont rapporté cette semaine des responsables de la zone euro.

Les dirigeants européens doivent se pencher sur une éventuelle augmentation de la dotation du MES en mars.

Selon le magazine allemand Der Spiegel, Mario Monti estime qu'un doublement des capacités du MES "créerait de la confiance dans l'union monétaire" et il a fait part de son souhait au gouvernement allemand.

L'article précise que Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) et compatriote de Mario Monti, est d'accord avec l'idée de renforcer la capacité du MES au-delà des 500 milliards d'euros prévus.

Le patron de la BCE estime que l'argent non utilisé par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), fonds temporaire doté de 440 milliards d'euros, devrait être mis à la disposition de son successeur le MES en plus des 500 milliards d'euros dont ce dernier disposera, explique Der Spiegel.

LA DETTE GRECQUE DOIT ÊTRE VIABLE, DIT SCHÄUBLE

Par ailleurs, Wolfgang Schäuble a déclaré dimanche que l'Allemagne faisait plus que sa part des efforts pour lutter contre la crise de la dette et que les marchés commençaient apparemment à reprendre confiance.

"Nous ne sommes pas encore tirés d'affaire mais sur les dernières semaines, beaucoup d'adjudications (de dette) ont montré que les marchés commencent à reprendre confiance."

Concernant les négociations entre la Grèce et ses créanciers privés sur le plan d'échange de dette qui doit permettre à Athènes d'éviter la banqueroute, le ministre allemand a estimé que le facteur clé était que le pays ait d'ici 2020 un niveau d'endettement viable.

"Cet objectif doit être atteint", a-t-il dit.

Alors que les discussions se sont poursuivies ce week-end, le représentant des créanciers privés s'est dit confiant dimanche soir quant à la possibilité d'un accord.

Interrogé pour savoir si une décote de 70% des créances détenues par le secteur privé serait suffisante, Wolfgang Schäuble a déclaré: "Cela dépend des détails. Les négociations continuent."

Sarah Marsh, Jean Décotte pour le service français

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS