L’Allemagne maintient ses prévisions de croissance

Le gouvernement allemand compte toujours sur une croissance de 0,7% pour 2012 et 1,6% pour 2013.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Allemagne maintient ses prévisions de croissance

Conformément à ce qu’il avait dit en janvier, le gouvernement allemand ne revient pas sur ses prévisions. En 2011 la croissance allemande a été de 3%. Pour 2012, elle pourrait donc être de 0,7% et en 2013 de 1,6%. Cette annonce va à l’encontre des propositions du FMI et de nombreux économistes, qui avaient récemment émis l’idée de relever leurs estimations pour la première économie européenne.
"L'économie allemande est en excellente position, mais nous avons délibérément choisi de faire des prévisions prudentes. Les risques internationaux restent élevés. La crise de la dette en zone euro n'est pas réglée", a déclaré le ministre de l'Economie Philipp Rösler, en présentant ces estimations à la presse.

Cette annonce intervient au moment même où la Banque centrale allemande estime que les réformes économiques menées dans les pays européens voisins de l’Allemagne devraient entamer la compétitivité de leurs partenaires. A commencer par l’Allemagne.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Quand les pays en déficit vont commencer à devenir plus compétitifs, les pays excédentaires vont automatiquement s'ajuster, a déclaré Andreas Dombret, membre du directoire de la Banque centrale allemande. Ils vont devenir moins compétitifs en termes relatifs, exporter moins et importer plus. Nous devons admettre que ce processus a déjà été initié".

Dans ce discours, la Banque centrale vise notamment la Grèce et le Portugal, mais aussi l’Italie et l’Espagne. Tous ont lancé d’ambitieux programmes de réformes destinés à remettre leurs finances publiques en état et doper leur compétitivité.

Mais selon lui, la contribution de l'Allemagne et des autres se fera sous forme de la perte de leur compétitivité relative quand les autres auront redressé la tête. "Nous mettrions cette confiance en péril si en Allemagne nous cédions aux appels à stimuler la demande pour augmenter la demande en provenance des pays de la périphérie", a-t-il affirmé.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS