L’Allemagne inquiète de la restructuration d’EADS

Près de deux fois plus nombreux outre-Rhin qu’en France, les salariés allemands de Cassidian, la branche défense du groupe européen, craignent plus les réductions d’effectifs consécutives à son rapprochement avec la branche spatiale.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Allemagne inquiète de la restructuration d’EADS

Face au projet de restructuration d’EADS visant à rapprocher les activités Défense et Spatial, le syndicat allemand IG Metall prépare un mouvement d’action le 28 novembre prochain. L’inquiétude est vive en Allemagne où les salariés viennent d’apprendre par voie de presse que le site de Cassidian au nord du Munich pourrait fermer tandis que le site d’Ottobrunn au sud de la ville deviendrait le centre de la nouvelle filiale Airbus Defence & Space.

De fait, les 12 000 salariés allemands de Cassidian se sentent plus visés par les réductions d’effectifs envisagées que leurs homologues français environ deux fois moins nombreux. Aujourd’hui, la direction d’EADS se refuse toutefois à commenter le chiffre des 8 000 suppressions d’emplois avancé par certains média allemands. "Tant que nous n’aurons pas terminé notre travail de sélection des technologies et des lignes de produts que nous conserverons dans notre portefeuille d’activités, il sera impossible de communiquer le moindre chiffre sur les réductions d’effectifs et encore moins les sites concernés par la restructuration", explique une source en interne.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les effectifs outre-Rhin sont d’autant plus fragilisés que l’Allemagne a réduit ses investissements en matière de défense contrairement à la France qui a maintenu les siens. La réduction de commandes d’A400M mais également le fiasco de la germanisation du drone Eurohawk pourraient fragiliser certains sites comme Manching et Friedrichshafen. Par ailleurs, la fin du programme et de la production du ravitailleur spatial ATV fait craindre une réduction d’activité sur le site de Brême pour Astrium.

Hassan Meddah

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS