L'Allemagne discute toujours du rôle de Huawei dans le réseau 5G

BERLIN (Reuters) - Le gouvernement allemand discute toujours d'une participation ou pas du chinois Huawei au réseau 5G de téléphonie mobile de l'Allemagne, a déclaré mardi le ministre de l'Economie, Peter Altmaier.
Partager
L'Allemagne discute toujours du rôle de Huawei dans le réseau 5G
Le gouvernement allemand discute toujours d'une participation ou pas du chinois Huawei au réseau 5G de téléphonie mobile de l'Allemagne. /Photo prise le 12 février 2019/REUTERS/Dado Ruvic

Prié de commenter un article du Wall Street Journal selon lequel une décision interministérielle préliminaire a été prise autorisant Huawei à participer à la construction de ce réseau de nouvelle génération, le ministre a répondu: "Je ne peux pas confirmer explicitement cette information car nous en sommes toujours au stade des discussions avec d'autres ministères."

Huawei, premier fournisseur mondial d'équipements de télécommunications, est soupçonné de laisser le gouvernement chinois s'adonner à l'espionnage d'autres Etats, ce qu'il dément. Les Etats-Unis ont demandé à leurs alliés de ne pas utiliser les technologies de Huawei.

Reuters a appris mardi d'une source gouvernementale allemande que Berlin ne prendrait sans doute pas sa décision rapidement.

La vente aux enchères du réseau mobile 5G devrait commencer après la mi-mars et il apparaît de plus en plus que le gouvernement allemand n'exclura pas complètement Huawei.

Peter Altmaier a déclaré à Reuters la semaine dernière que Berlin envisageait de renforcer les exigences de sécurité des entreprises de télécoms qui souhaitent participer à la 5G, rendant ainsi possible une surveillance plus étroite de Huawei.

Le patron de Huawei en Allemagne a déclaré au quotidien Handelsblatt que le gouvernement chinois ne s'était pas immiscé dans ses activités et que la société ferait en sorte d'assurer sa transparence.

"L'Etat n'a pas de participation dans Huawei et il reste en dehors de notre entreprise", a dit Dennis Zuo au journal.

Ulrich Kelber, commissaire à la protection des données, a déclaré au Handelsblatt qu'il ne disposait d'aucun élément allant dans le sens d'une exploitation secrète de données, sans exclure que la Chine puisse faire des choses incompatibles avec la législation européenne.

"C'est pourquoi nous devrions avoir une certaine autonomie technologique - du matériel jusqu'aux solutions logicielles", a-t-il ajouté.

(Michael Nienaber et Andreas Rinke, Dominique Rodriguez pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS