L'Usine Auto

L'Allemagne craint qu'Opel soit le grand perdant de la fusion PSA-Fiat-Chrysler

, , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

En raison des risques de surcapacités, les syndicats et politiques craignent qu’Opel ne soit à nouveau contraint de se serrer la ceinture, après avoir déjà consenti à beaucoup d’efforts pour redresser ses comptes.  

L'Allemagne craint qu'Opel soit le grand perdant de la fusion PSA-Fiat-Chrysler
Angela Merkel en visite sur le stand Opel lors du Salon de Francfort 2019.
© Opel

"Opel risque d’être le perdant de ce grand jeu de Monopoly automobile", titre le jeudi 31 octobre le quotidien allemand Die Welt. Alors que PSA et FCA ont confirmé les rumeurs de fusion, le ton est unanime outre-Rhin, cette nouvelle manœuvre de consolidation du marché pourrait accroître la pression sur la marque à l’Eclair, rachetée par le Français en 2017.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte