L’AIEA tente de coordonner la sûreté nucléaire mondiale

Industriels, Etats et institutions ont pris conscience que la sécurité nucléaire dépasse les frontières, depuis la catastrophe de Fukushima. Et ce, malgré des décisions nationales divergentes. C'est dans ce cadre que l'Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) réunit cette semaine les États à Paris pour mener une réflexion internationale sur la sûreté nucléaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’AIEA tente de coordonner la sûreté nucléaire mondiale

L'Agence internationale de l’énergie atomique a invité les ministres des 151 pays membres à se concerter sur la question de la sûreté nucléaire. La conférence s’est ouverte le lundi 20 juin 2011, pour cinq jours. Elle a pour but de tirer les leçons de l’accident de la centrale Tepco à Fukushima. En effet, dans de nombreux pays, "la confiance du public dans la sûreté nucléaire a été profondément ébranlée", estime le directeur général de l'agence onusienne, le Japonais Yukiya Amano, lors de son discours inaugural.

Certains pays, comme l'Allemagne, l'Italie ou la Suisse, ont décidé d'y renoncer progressivement. "Mais l'énergie nucléaire va rester importante pour de nombreux pays", a-t-il ajouté, d'où la nécessité d'améliorer les mesures de sécurité. "Continuer comme avant n'est pas une option", a-t-il martelé. Il a souligné qu'une approche internationale de la sûreté nucléaire était "essentielle". Concrètement, il propose de laisser le soin à l’AIEA de faire des tests réguliers pour un contrôle des centrales plus crédible et transparent que celui actuel qui varie d'un pays à l'autre.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour préparer cette conférence, l’AIEA fait intervenir des experts extérieurs et dévoile des documents concernant la gestion de la crise récente. Un rapport remis aux 151 membres de l'Agence au cours de cette conférence a fait le point sur la réaction du Japon après l'accident de la centrale de Fukushima. Ce rapport reproche à Tokyo de ne pas avoir mis en œuvre la convention d'assistance prévue par l'agence en cas d'accident nucléaire. En parallèle, une vidéo d’experts de l’institution sur le site de Fukushima Daiichi, datée du 27 mai 2011, fait le point sur les conséquences locales de l'accident nucléaire :

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS