Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L’Agence spatiale européenne promet quatre lancements supplémentaires pour Ariane 6

Esther Attias , , ,

Publié le

Vu sur le web L’agence spatiale européenne a adopté une résolution donnant un peu plus de visibilité aux industriels impliqués dans le programme Ariane 6.  

L’Agence spatiale européenne promet quatre lancements supplémentaires pour Ariane 6
La fusée Ariane 6, dont une des missions est de mettre des satellites en orbite.
© ESA

ArianeGroup demandait une ligne directrice depuis plus d’un an. L’Agence Spatiale Européenne (ESA) s’est décidée, mercredi 17 avril, à voter une résolution pour avancer sur le programme Ariane 6. Ce texte assure le soutien des Etats membres à ArianeGroup, la filiale d’Airbus et Safran, pour le passage d’Ariane 5 à Ariane 6, prévu pour 2020. Il encourage aussi les Etats membres à se lancer dans les micro-lanceurs, un marché auquel ArianeGroup s’est adapté en proposant des dispositifs adaptés, indique un article du quotidien les Echos.

L’ESA promet 4 lancements supplémentaires

Pour l’instant, le carnet de commande d’Ariane 6 n'est composé que de 3 tirs institutionnels. En accompagnement, le vol inaugural d’Ariane 6 mettra en orbite une base de satellite de la constellation OneWeb ; et l’opérateur Eutelsat, qui a été le premier client privé à sélectionner Ariane 6 (version 4 boosters) dès septembre 2018 dans le cadre d’un accord multi-lancement portant sur 5 satellites, a son vol prévu pour 2021.

L’ESA promet donc 4 commandes potentielles supplémentaires – portant à 7 son carnet total – d’ici la prochaine conférence interministérielle prévue sur le sujet à Séville, en novembre. Et dans la situation où ces commandes ne se concrétisent pas, elle promet plusieurs centaines de millions d’euros de garantie pour couvrir les industriels sur 2019.

Un problème de cohérence

Depuis un an, l’impatience d’Alain Charmeau, PDG d’Ariane Group se fait sentir. Si les travaux de lancement pour Ariane 6 sont à l’heure, les Etats-membres peinent à passer commande. Financièrement, ArianeGroup navigue à vue : les commandes institutionnelles n’arrivent pas, et le marché du lanceur de satellite – gros de production d’ArianeGroup – s’effondre, alors même que la concurrence privée et internationale s’intensifie.

Début avril, le syndicat majoritaire d’AriangeGroup CFE-CGC s’était inquiété de la cohérence du programme spatial européen, prêt à financer des lanceurs mais n’assurant pas derrière de s’engager sur des tirs. Avec ce texte, la filière peut -momentanément- souffler.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle