L’Afssaps confirme la mauvaise qualité des prothèses PIP

Selon le Pr Dominique Marininchi, patron de l'Agence de produits de santé (Afssaps), une étude épidémiologique au long cours  va être lancée sur les femmes ayant porté des prothèses PIP.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’Afssaps confirme la mauvaise qualité des prothèses PIP

Ruptures extraordinairement précoces et nombre de réactions inflammatoires démontrent selon le professeur la mauvaise qualité des prothèses mammaires PIP. D’après les résultats du comité de suivi des porteuses d’implants mammaires PIP réuni le 6 février au ministère de la Santé, 55% des cas de ruptures constatées sur les 1 379 déclarées à l'Afssaps sont survenues dans les cinq années suivant la pose des prothèses PIP.

"Ce sont des ruptures extraordinairement précoces. Cela conforte notre recommandation d'explanter" (retirer les PIP), a souligné le cancérologue. Les réactions inflammatoires recensées sont au nombre de 875, dont 73% ne sont pas accompagnées de ruptures.

Le patron de l’Afssaps estime que ces inflammations sont justifiées par une membrane de mauvaise qualité, un gel corrosif qui abîme la membrane ou une perspiration du gel à travers la membrane. D'autre part, un total 877 retraits préventifs sans signe de rupture ou d'inflammation ont été pratiqués, soit 205 de plus que lors du dernier point de fin décembre.

Le Pr Jean-Yves Grall, directeur général de la Santé, a aussi indiqué que les centres de lutte contre le cancer avaient retiré la moitié des prothèses PIP qu'ils avaient posé.

Reste que les deux responsables ont souligné qu'il n'y a aucune preuve que ces prothèses soient liées avec des cancers, qu'il s'agisse de la forme la plus fréquente de cancer du sein (adénocarcinome) ou du cas de lymphome rare du sein qui avait déclenché fin novembre dernier l'alerte sanitaire.

Ces déclarations font suite aux propos tenus par le ministre de la Santé Xavier Bertrand la semaine dernière. Il a prôné un renforcement de la surveillance et des contrôles des dispositifs médicaux, dont font partie les prothèses mammaires, au niveau national et européen.

0 Commentaire

L’Afssaps confirme la mauvaise qualité des prothèses PIP

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS