L'Usine Auto

« L’affaire Renault pourrait être néfaste à Cléon » (CFE-CGC)

Publié le

Entretien Pour connaître l’ambiance qui règne dans l’entreprise Renault depuis la mise à pied de trois cadres, L’Usine Nouvelle a interrogé Eric Bauer, délégué syndical CFE-CGC à Cléon.

« L’affaire Renault pourrait être néfaste à Cléon » (CFE-CGC) © Reuters

Sommaire du dossier

Comment avez-vous appris la mise à pied des salariés ?

Nous n’étions pas du tout au courant. Nous avons été surpris d’apprendre l’affaire par la presse. C’est seulement le lendemain que Renault nous a prévenus. Une attitude que la CFE CGC a fait remarqué à la direction, car ce n’est pas normal, on devrait avoir les informations en premier. Patrick Pélata a ensuite fait deux interventions sur l’intranet du groupe pour faire des points sur l’avancement du dossier.

Quelle est l’ambiance au sein du groupe depuis la mise à pied des salariés et la révélation de l’affaire ?


Actuellement, on attend les résultats de l’enquête judiciaire qui va être ouverte suite à la plainte de Renault et des entretiens préalables réalisés hier. Du côté des salariés, on s’inquiète surtout des conséquences de l’affaire sur le groupe. Surtout à Cléon. On craint que les informations divulguées soient fondamentales pour le projet véhicules électriques et remette en question la candidature du site de Cléon pour la fabrication des moteurs électriques. On a très peur de la concurrence. Déjà qu’à chaque fois qu’un modèle sort, il est directement copié…cette affaire n’arrange pas les choses.

Croyez-vous en la piste chinoise largement commentée dans la presse et par les politiques ?


Piste chinoise ou autre piste, c’est le même combat. L’espionnage industriel existe partout. Mais quand on s’attaque à Renault, c’est certain que ça part très vite dans les médias. Ensuite concernant les salariés suspectés, je n’ai rencontré qu’une fois l’un d’entre eux, Michel Balthazard. Il ne m’était pas apparu comme étant une personne ayant des griefs contre l’entreprise, ce qui doit être le cas lorsqu’on divulgue des informations confidentielles. Mais sur ce point, l’enquête nous informera davantage.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte