L'Usine Aéro

Le Boeing 737 MAX ne devrait pas revoler en Europe avant janvier 2020... au plus tôt

, , ,

Publié le , mis à jour le 22/10/2019 À 06H45

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) s'attend à ne pas autoriser avant janvier 2020 au plus tôt la reprise des vols du 737 MAX de Boeing, a déclaré son directeur exécutif.

Le Boeing 737 MAX ne devrait pas revoler en Europe avant janvier 2020... au plus tôt
L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) s'attend à ne pas autoriser avant janvier au plus tôt la reprise des vols du 737 MAX de Boeing, a déclaré à Reuters son directeur exécutif. /Photo d'archives/REUTERS/Lindsey Wasson
© Lindsey Wasson

L'AESA, l'agence européenne chargée de certifier les avions, ne voit pas le Boeing 737 MAX autorisé à voler avant janvier 2020. La levée de l'interdiction de vol du 737 MAX en Europe dépendra des vols d'essai effectués par des pilotes européens, actuellement prévus mi-décembre, a précisé Patrick Ky, directeur exécutif de l'Agence européenne de la sécurité aérienne.

Il a refusé de se prononcer sur le calendrier des décisions de l'agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) mais a prédit qu'il n'y aurait tout au plus qu'un écart de quelques semaines, pas de mois, entre les levées d'interdiction de vol des deux côtés de l'Atlantique.

Le 737 MAX a été interdit de vol en mars à travers le monde à la suite de deux catastrophes aériennes en cinq mois dans lesquelles son système anti-décrochage a été mis en cause. Boeing espère remettre son avion en service d'ici la fin de l'année à la suite de changements apportés à son logiciel et de formations données aux pilotes.

En janvier "si tout se passe bien"

"Pour moi, cela se fera en début d'année prochaine, si tout se passe bien. En l'état de ce que l'on sait aujourd'hui, nous avons prévu que nos vols d'essai aient lieu mi-décembre, ce qui signifie des décisions sur une remise en service en janvier de notre côté", a déclaré Patrick Ky vendredi soir.

Il a ajouté que cette remise en service serait coordonnée autant que possible avec la FAA mais que les deux agences avaient des procédures, notamment en termes de consultations, légèrement différentes.

"Nous pourrions donc finir avec quelques semaines de décalage mais nous ne parlons pas de six mois. Nous parlons d'un retard qui, s'il se produit, sera essentiellement dû à des questions techniques de procédures ou administratives", a dit Patrick Ky.

Le directeur de l'AESA s'exprimait le 18 octobre avant la divulgation par Reuters de messages internes échangés entre pilotes de Boeing en 2016, qui ont fait naître de nouvelles questions sur le calendrier de remise en service du 737 MAX.

Interrogé sur ce sujet lundi, Patrick Ky a refusé de s'exprimer à propos de ces messages.

Avec Reuters (Tim Hepher; Bertrand Boucey pour le service français)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte