L'aéronautique va sacrifier l'innovation de rupture sur l'autel de la réduction des coûts

Selon l’étude du cabinet Roland Berger, les industriels de l’aéronautique, de la défense et du spatial, la réduction des coûts est une des priorités.

Partager
L'aéronautique va sacrifier l'innovation de rupture sur l'autel de la réduction des coûts

Dans les dix prochaines années, l’innovation des secteurs aéronautique, spatial et défense, sera plus une innovation incrémentale que de rupture. C’est la conviction de 64 % des quelques 100 managers interrogés dans près de 70 groupes du secteur de par le monde par le cabinet de consultants Roland Berger.

Pour 91 % des personnes interrogées par le cabinet de consultants, l’innovation sera un facteur important pour réussir dans la prochaine décennie, mais elle devrait servir en priorité à répondre à des objectifs opérationnels, notamment la réduction des coûts. Et pas forcément par des grands programmes du type A380, A350 ou 787 Dreamliner qui se sont multipliés depuis le début des années 2000.

Valeur des produits et réduction des coûts

L’innovation devrait être aussi beaucoup centrée sur l’amélioration de l’usage pour le clients notamment dans l’aéronautique, et pas seulement sur les technologies. "C’est notamment quelque chose de très marqué chez Airbus", indique-t-on chez Roland Berger. Ainsi, à la question des priorités en matière d’innovation, un quart des personnes interrogées estime qu’elle doit améliorer la valeur des produits et services pour leurs clients. Un autre quart estime que la réduction des coûts est prioritaire. L’innovation doit permettre également, pour 17 % des personnes sondées, de réduire le développement ("time to market") des produits.

"L’innovation viendra de plus en plus des plateformistes et des grands équipementiers de rang 1, explique Jérôme Rein, associé. Sur ces derniers, comme Safran ou Zodiac, il y a de grosses attentes après les opérations de croissance externes qu’ils ont réalisées ces derniers mois ou années".

l’innovation de rupture devient quasiment non-rentable

"Les acteurs qui réussissent actuellement le mieux sont ceux qui mixent l’innovation de rupture et l’innovation incrémentale, comme par exemple les motoristes, explique Philippe Plouvier, chef du bureau Aerospace et Défense du cabinet de consultants. Dans le domaine des avions de combat, l’innovation de rupture devient quasiment non-rentable ! Les acteurs n’arrivent plus à financer les nouveaux avions avec les volumes vendus. Et dans le secteur civil, tant qu’il n’y aura pas un acteur russe ou chinois pour déstabiliser Airbus et Boeing, ces deux opérateurs n’auront pas intérêt à prendre des risques à faire de l’innovation de rupture". "Les managers de Boeing et Airbus seraient-ils prêts à faire aujourd’hui ce qu’ils ont fait il y a plusieurs décennies pour le premier avec le 707 à réaction, et pour le second dans les années 80 avec l’arrivée des commandes électriques ?" questionne quant à lui Jérôme Rein. Plus forcément, semble répondre l’étude.

Patrick Déniel

0 Commentaire

L'aéronautique va sacrifier l'innovation de rupture sur l'autel de la réduction des coûts

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Innovation

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS