L'Usine Aéro

L’aéronautique a investi un milliard d’euros dans ses usines françaises en 2012

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Le Gifas publiait ce 23 avril un bilan de l’année 2012 pour le secteur. A lui seul, Safran a investi 400 millions.

L’aéronautique a investi un milliard d’euros dans ses usines françaises en 2012 © DGA - AIA

La filière aéronautique française est toujours sur son nuage. Elle a ainsi enregistré une augmentation de 16% de son chiffre d’affaires l’an dernier à 42,5 milliards d’euros. Cela s’est traduit par 15000 recrutements (dont 8000 créations nettes d’emplois) et de nombreux investissements industriels. "La filière aura investi au moins un milliard d’euros dans ses capacités industrielles en France", a précisé le Gifas (groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) lors de la présentation de ses résultats annuels. Ce chiffre est même une estimation basse car le syndicat n’a pu compiler l’ensemble des investissements réalisés par ses 300 membres. Dans cette course aux investissements, le groupe Safran décroche la palme. "Nous porterons nos investissements industriels en France de 400 millions l’an dernier à 600 millions cette année", a précisé Jean-Paul Herteman, président du Gifas mais également PDG de Safran.

Croissance tirée par Airbus et Eurocopter

Cette croissance est liée évidemment à l’augmentation des cadences de production des A320 et A330 d’Airbus mais également à celle d’Eurocopter qui table sur une croissance de sa charge industrielle de l’ordre de 15% par an ses prochaines années. "Quand Airbus augmente ses cadences, c’est toute la filière qui en profite", a précisé pour sa part Emmanuel Viellard, président de LISI Aerospace et représentant les équipementiers au sein du Gifas. "Nous investissons 5 à 6% de notre chiffre d’affaires dans les investissements industriels", a-t-il encore précisé. Les équipementiers et les PME ont réalisé un chiffre d’affaires de 12,7 milliards l’an dernier en croissance de 16%.

Objectif : attirer les jeunes

Et la bonne nouvelle, c’est qu’il y a encore du pain sur la planche. Personne pour l’instant ne pronostique la fin du cycle de croissance du secteur aéronautique civile. D’autres programmes vont prendre le relais : le 787 et le 777 de Boeing, l’A350 d’Airbus, le CSeries du canadien Bombardier, les versions remotorisées des monocouloirs (737 Max et A320 Neo), le nouveau moteur Leap de Safran... Seul point noir : le recrutement ne suit pas malgré les 8000 créations nettes d’emplois enregistrées l’an dernier. "Il y a encore beaucoup de postes manuels techniques et qualifiés non pourvus dans notre secteur. C’est dommage. C’est inacceptable", a regretté Jean Paul Herteman. La filière profitera d’ailleurs de la 50eme édition du salon du Bourget du 17 au 23 juin pour mener des opérations d’importance afin d’attirer les jeunes.

Hassan Meddah

 

Consultez les nouveautés du salon de l’aéronautique du Bourget 2015

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte