Trump veut restreindre la vente de semi-conducteurs à la Chine, l’industrie américaine des puces s’affole

L’administration Trump envisage un dispositif de contrôle restreignant les exportations dans le domaine des semi-conducteurs vers la Chine. Un projet qui risque de pénaliser tout particulièrement les équipementiers américains de production de puces électroniques en les privant du plus grand marché mondial.

Partager

Trump veut restreindre la vente de semi-conducteurs à la Chine, l’industrie américaine des puces s’affole
Les semi-conducteurs, champ de bataille entre les Etats-Unis et la Chine.

Sur fond de guerre commerciale, les Etats-Unis envisagent de donner un coup de pouce à leur politique anti-chinoise dans les semi-conducteurs. Après avoir durci le contrôle des investissements étrangers via son redoutable Committee on Foreign Investment in the United States (CFIUS), l’administration Trump veut mettre en place un dispositif de restriction des exportations. Sont potentiellement concernés non seulement les composants pouvant avoir un usage militaire, mais aussi les matériaux et équipements de production. L’objectif est clair : priver la Chine de technologies essentielles à son plan de développement "MIC 2025" et contrecarrer ses velléités d’indépendance dans ce secteur ultra sensible.

Contrecarrer les ambitions de la Chine

Washington considère les semi-conducteurs comme un secteur hautement stratégique, essentiel non seulement à la prospérité économique du pays mais aussi à sa sécurité nationale. Les Etats-Unis dominent largement cette industrie avec 50% du marché mondial en 2017 selon le cabinet IHS Markit, loin devant la Corée du Sud (21,5%), le Japon (9,8%), l’Europe (8,8%), Taiwan (5,7%) et la Chine (3,3%). Une domination que l’administration Trump entend préserver en contrecarrant les ambitions de Pékin dans le secteur plus durement que n’a tenté de le faire l’administration précédente de Barack Obama.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Depuis 2015, la Chine est engagée dans une course visant à porter son autosuffisance dans les circuits intégrés électroniques à 40% en 2020 puis 70% en 2025, contre seulement 7,5% en 2017 selon IHS Markit (hors producteurs non chinois dans le pays comme les coréens Samsung Electronics et SK Hynix, ou l’américain Intel). A la clé, une enveloppe d’investissement de plus de 150 milliards de dollars en 10 ans. Un plan qui effraie Washington, voyant dans ces ambitions davantage une stratégie de puissance mondiale, avec son impact militaire, qu’une simple volonté de développement économique.

Le projet de l’administration Trump inquiète toute l’industrie américaine des puces. Une délégation se rendra dans deux semaines à la Maison blanche pour dissuader Donald Trump de le mettre à exécution. Avec deux arguments chocs : l’impact business sur les fournisseurs américains et le risque sur l’emploi aux Etats-Unis. Plus gros marché au monde avec 45% de part en 2017 selon IHS Markit, la Chine leur offre, de loin, leur plus grand débouché.

La Chine, futur Eldorado pour les équipementiers

L’affolement touche tout particulièrement les fournisseurs d’équipements et de matériaux de production, représentés par le syndicat professionnel SEMI. Le projet de Donald Trump risque de les priver d’un marché promis à un Eldorado. SEMI dénombre pas moins de 25 usines en construction ou en projet en Chine, dont 17 de la génération de 300 mm.

Avec un montant d’investissements de 8,2 milliards de dollars en 2017, l’Empire du Milieu constitue le troisième plus gros dépensier en équipements de production de puces dans le monde, derrière la Corée du Sud (18 milliards de dollars) et Taiwan (10,7 milliards de dollars). En 2019, il devrait se hisser à la première place avec un montant d’investissements de 17,3 milliards de dollars, selon les prévisions de SEMI.

Une manne dont les équipementiers américains craignent d’être privés au profit de leurs concurrents japonais, européens ou taiwanais. Selon Gartner, sur le Top 5 des équipementiers de semi-conducteurs dans le monde, trois ont leurs attaches aux Etats-Unis : Applied Materiels, Lam Research et KLA-Tencor.

Ridha Loukil Grand reporter électronique et informatique
Ridha Loukil

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Classe virtuelle - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS