L'Ademe remet en cause le sac compostable pour fruits et légumes

Afin de réduire l’impact sur l’environnement et les risques d’abandon, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie estime qu’il vaudrait mieux privilégier les poches réutilisables et rendre payants tous les sacs à usage unique.

Partager
L'Ademe remet en cause le sac compostable pour fruits et légumes

En 2016, la loi de transition énergétique pour la croissance verte, portée par l’alors ministre de l’Environnement Ségolène Royal, mettait fin à la mise à disposition à titre gratuit ou onéreux des sacs en polyéthylène (PE) à usage unique au rayon fruits et légumes afin de réduire les pollutions. Ceux-ci ont été remplacés par des sacs biosourcés compostables à domicile et par des sacs en papier. Quatre ans plus tard, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) publie un avis qui remet en cause cette stratégie. Afin de réduire l’impact environnemental et les risques d’abandon, l’organisme recommande en effet de privilégier les sacs réutilisables en plastique – dont l’épaisseur est supérieure à 50 µm – ou ceux en tissu, et de maximiser leur réemploi, une dizaine de fois au minimum.

Rendre payants les sacs

Pour y parvenir, l’Ademe, préconise de rendre payants tous les sacs, y compris donc les sacs pour fruits et légumes en plastique compostables ou ceux en papier, aujourd’hui gratuits. L’agence constate que le terme biodégradable parfois apposé sur ces emballages est « mal appréhendé » par le public qui considère pouvoir jeter ces articles dans l’environnement sans conséquences, d’où le conseil de le supprimer afin d’éviter toute confusion. Enfin, après avoir étudié les composts issus des sacs compostables à domicile, l’organisme note que des morceaux de plastique inférieurs à 5 mm sont encore présents douze mois après en compostage domestique et six mois après en compostage industriel, ce qui le conduit à solliciter la réalisation de nouvelles études. L’impact de l’étiquette collée sur lesdits sacs reste lui aussi à évaluer.

L’avis du club Bio-plastiques

Le club Bio-plastiques, qui représente la filière française des solutions biosourcées et compostables, accueille plutôt favorablement sa publication. L’organisme professionnel émet toutefois deux réserves. La première concerne le nombre de réutilisations effectives des sacs qui, comme ceux en coton ou en plastique épais, sont destinés à accomplir plusieurs boucles au cours de leur existence. Pour mémoire, l’Ademe prône de maximiser l’emploi de ces emballages qui, au-delà d’un nombre minimal de réutilisations – 40 pour un sac coton, 8 pour la version plastique – présentent un bilan environnemental plus favorable. Or, s’interroge le club : « Ce nombre d’utilisations pourra-t-il être réaliste dans la pratique pour le grand public ? » La deuxième réserve concerne la recommandation de l’Ademe de rendre payants les sacs pour fruits et légumes, y compris s’ils sont en plastique biosourcé et compostables : « Ceci ferait payer aux Français plusieurs centaines de millions d’euros pour une écologie punitive qui pénaliserait les ménages et le développement de la filière de compostage » indique l’association professionnelle.

NEWSLETTER Plasturgie

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

« Le roman permet d'aborder des sujets arides»

« Le roman permet d'aborder des sujets arides»

Nouveau

L'auteur Tom Connan a publié son deuxième roman «Pollution», un récit où se croisent les questions d'écologie, d'environnement, du numérique et du...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS