L'activité industrielle baisse encore en Europe, sauf en France

LONDRES/PARIS/FRANCFORT/ROME/MADRID (Reuters) - L'activité du secteur manufacturier dans la zone euro s'est encore contractée au mois d'août, pour le septième mois consécutif, montrent lundi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle d'IHS Markit, qui devraient renforcer les anticipations d'un nouvel assouplissement de la politique de la Banque centrale européenne (BCE) dès la semaine prochaine.
Partager
L'activité industrielle baisse encore en Europe, sauf en France
L'activité du secteur manufacturier dans la zone euro s'est encore contractée au mois d'août, pour le septième mois consécutif, montrent lundi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle d'IHS Markit, qui devraient renforcer les anticipations d'un nouvel assouplissement de la politique de la Banque centrale européenne (BCE) dès la semaine prochaine. /Photo prise le 19 février 2019/REUTERS/Ralph Orlowski

La prochaine réunion du Conseil des gouverneurs de la BCE est prévue le 12 septembre et l'institution a laissé clairement entendre en juillet qu'elle prendrait des mesures de soutien à la croissance.

L'industrie allemande, très dépendante des exportations, a accusé le mois dernier sa huitième contraction d'affilée et la Grande-Bretagne a connu son rythme de baisse d'activité le plus marqué depuis 2012. Mais la France s'est distinguée du reste de l'Europe, son activité manufacturière ayant renoué avec la croissance en août grâce à un redressement de la demande.

L'indice PMI du secteur dans l'ensemble de la zone euro est ressorti à 47,0, comme en première estimation ("flash") et en légère amélioration par rapport au mois de juillet (46,5). Il reste néanmoins pour le septième mois consécutif sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité, et à un niveau sans précédent depuis fin 2012.

Le sous-indice mesurant la production dans la zone euro, considéré comme un bon baromètre de l'évolution de l'activité économique dans son ensemble, reste lui aussi sous la barre des 50 pour le septième mois de suite, à 47,9 contre 46,9 en juillet.

"Les producteurs de la zone euro souffrent, la faiblesse de la production dans les usines s'étant prolongée en août. Une détérioration marquée de l'optimisme pour l'année à venir suggère que les entreprises s'attendent à ce que la situation empire encore", a dit Chris Williamson, économiste d'IHS Markit.

Les nouvelles commandes dans le bloc ont diminué pour le onzième mois d'affilée et les effectifs ont encore baissé.

En Allemagne, l'indice PMI manufacturier est lui aussi légèrement remonté à 43,5 mais il reste sous le seuil de 50 pour le huitième mois d'affilée, la baisse de la demande poussant les entreprises à réduire la production et à supprimer des emplois.

CROISSANCE DE L'INDUSTRIE EN FRANCE

La France fait exception, l'activité de son secteur manufacturier étant repartie à la hausse avec un redressement de la production comme de la demande. L'indice manufacturier est remonté à 51,1 après 49,7 en juillet, dépassant une première estimation de 51,0.

L'économiste d'IHS Markit Eliott Kerr a souligné "la résistance du secteur manufacturier français à un moment où ses équivalents européens sont à la peine".

L'activité des industriels en Grande-Bretagne a affiché en revanche leur rythme de contraction le plus marqué depuis sept ans, ce qui augure mal d'un rebond de l'économie au troisième trimestre.

"Le niveau élevé d'incertitude politique et économique conjugué aux tensions commerciales internationales a sapé la performance des industriels britanniques en août", a résumé Rob Dobson, directeur d'IHS Markit.

Le sous-indice de la production future en Grande-Bretagne est tombé à son plus bas niveau depuis la création de l'enquête en 2012. IHS Markit estime que l'enquête va dans le sens d'une baisse de près de 2% de la production manufacturière d'un trimestre sur l'autre.

En Italie l'activité s'est contractée pour le onzième mois consécutif, mais à un rythme légèrement moins marqué qu'en juillet, et en Espagne, elle s'est légèrement améliorée, sans pour autant renouer avec la croissance.

(Bureaux européens de Reuters, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS