L'ACIER VERT SE PROFIL

Le programme européen Ulcos explore des procédés de production d'acier à faible émission de Co2.

Partager


A moyen terme, 30 % de C02 et, finalement, une réduction des émissions de 50 %. Tel est l'objectif de l'ambitieux projet lancé par les trois sidérurgistes européens, Arcelor, Corus et ThyssenKrupp, associés à des industriels de l'énergie et des matières premières, et à des instituts de recherche. Baptisé ULCOS (Ultra Low C02 Steelmaking), ce projet de 45 millions d'euros sur cinq ans, financé pour moitié par l'UE, démarre par une phase exploratoire.
« Depuis trente ans, la sidérurgie a déjà fait beaucoup pour réduire sa consommation d'énergie. Ce qui veut dire qu'elle ne dispose plus, à court terme, de levier pour réduire de manière importante ses émissions de C02 », explique Jean-Pierre Birat, directeur de la Recherche d'Arcelor. Les partenaires du projet envisagent donc une véritable révolution dans les procédés de production de l'acier.
Deux types de solutions seront étudiées. La première part de la technologie traditionnelle des hauts fourneaux, mais qui serait profondément modifiée. L'idée est de recycler le C02 pour réduire le minerai de fer. Ce qui suppose de le séparer des autres gaz, de le réchauffer et de le ré-injecter dans le procédé. « Des parties de la technologie existent. Mais reste à savoir comment réagit le haut fourneau à ce changement », indique Jean-Pierre Birat.
D'autres voies sont analysées : réduire le minerai de fer par de l'hydrogène (à condition que sa production n'émette pas de C02...), ou par électrolyse. Ce procédé existe au stade du laboratoire mais il faudra le transposer à l'échelle de millions de tonnes par an... Enfin, le consortium étudiera aussi l'option « biomasse », en l'occurrence les hauts-fourneaux au charbon de bois. Il en existe de petites tailles. La question d'une production à grande échelle reste posée, tout comme celle de l'approvisionnement en matière première.
Dans cinq ans, une ou deux technologies devront avoir été sélectionnées, pour construire des unités pilotes. Un « Ulcos 2 » est envisagé. Objectif : déboucher à l'échelle industrielle après 2012.
Thierry Lucas
L'Usine Nouvelle N° 2940 18/11/2004

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS