L'Usine Matières premières

L’accord sur le programme nucléaire de l’Iran tire le pétrole à la baisse

Myrtille Delamarche ,

Publié le

Le pas décisif franchi le 2 avril dans les négociations entre six puissances occidentales et l’Iran sur son programme nucléaire civil rapproche l’échéance de la levée des sanctions qui avaient divisé par deux les exportations iraniennes de pétrole. Mais le retour du pétrole iranien devrait être progressif.

L’accord sur le programme nucléaire de l’Iran tire le pétrole à la baisse © kizab - Flickr - c.c.

Les sanctions économiques contre l’Iran implémentées par les Etats-Unis et l'Europe devraient être levées après signature d’un accord le 30 juin, a affirmé le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif.

Suite à cette annonce, le 2 avril, le prix du Brent est tombé de près de 4%. La perspective d’un brut iranien venant brutalement inonder le marché mondial a créé quelques remous sur les marchés. Mais les détails qui ont suivi ont rasséréné les acheteurs de contrats à terme, qui se sont stabilisés rapidement. En effet, l’accord ne sera pas signé avant fin juin… Si aucun élément de désaccord n’intervient d’ici là. Les sanctions, elles, ne seront sans doute pas levées avant fin 2015 ou début 2016.

L’Iran pourra alors augmenter rapidement ses volumes exportés, de quelque 200 000 à 600 000 barils par jour. Les sanctions américaines et européennes avaient réduit ce volume d’1,5 million de barils par jours depuis 2012. Mais il faudra du temps, quelques années sans doute, pour que l’Iran retrouve un niveau de production proche de son niveau de 2010-11, soit environ 3,6 millions de barils par jour.

Reste que l’Iran démarche activement des acheteurs potentiels pour son pétrole, non seulement celui qu’il produit quotidiennement, mais aussi les quelque 30 millions de barils stockés en mer dans des supertankers. Selon une source dans le fret maritime citée par Reuters, une quinzaine de VLCC (Very large crude carriers) de la compagnie maritime nationale NTIC d’une capacité de 2 millions de barils sont actuellement déployés à fins de stockage flottant.

L’arrivée de ce pétrole-là sur le marché pourrait suffire à déstabiliser un marché prudent, qui tend à répercuter plus facilement les hausses que les risques pesant sur la production.

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte