Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"L’accord Renault va favoriser une relocalisation massive de volumes de production", selon Arnaud Montebourg

, , , ,

Publié le

Entretien Alors que la loi sur la sécurisation de l’emploi va entrer en examen au parlement, Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif revient pour L’Usine Nouvelle sur les vertus de la négociation d’accords dans les entreprises et salue celui en voie de signature chez Renault. Cet accord signe pour lui le grand retour du constructeur en France. Le ministre détaille les investissements promis sur les différents sites français (certains d’entre eux sont déjà annoncés depuis plus d’un an, voire déjà réalisés, Ndlr).

L’accord Renault va favoriser une relocalisation massive de volumes de production, selon Arnaud Montebourg © Luc Pérénom - L'Usine Nouvelle

Sommaire du dossier

L'Usine Nouvelle - Le projet de loi sur la sécurisation de l’emploi a été présenté hier en conseil des ministres. Comment réagissez-vous quand vous voyez que la CGT et FO manifestent contre et que l’Humanité fait sa une sur le thème "touche pas à mon code [du travail]" ?

Arnaud Montebourg - Toutes les organisations syndicales sans exception signent des accords localement dans les entreprises, y compris la CGT. Cette loi va permettre, par l’échange de concessions réciproques, d’encadrer ce type d’accords d’entreprises. Le but est d’éviter que les salariés ne soient soumis à des pressions qui les obligent à signer. La transposition de l’accord national interprofessionnel obligera les partenaires sociaux à passer des accords équilibrés. Il faudra qu’il y ait des efforts du côté des salariés mais aussi du côté des dirigeants et des actionnaires. Le diagnostic sera partagé, ce ne sera pas la voix univoque des experts nommés par les directions des entreprises. Enfin, l’existence de clauses de retour à meilleure fortune constitue une garantie forte que quand la situation s’améliorera, les salariés seront récompensés.

Alors pourquoi y a-t-il autant de critiques ? Certains trouvent que l’accord ne va pas assez loin, d’autres qu’il va trop loin...

Les critiques portées contre cet accord viennent effectivement de toutes sortes d’endroits. Ceux qui en sont à l'origine devraient attendre la mise en œuvre sur le terrain. Si les partenaires sociaux s’en emparent, on pourra éviter des destructions d’outil industriel, des licenciements. Prenons l’exemple de Renault, qui connaît des chutes de marché bien plus importantes que PSA. Et pourtant Renault ne ferme aucun site, ne procède à aucun licenciement. Pourquoi ? Parce que Renault a anticipé, joué la transparence, n’a pas dissimulé les problèmes mais a fait le choix de les résoudre par la discussion. Ce n’est facile ni pour les organisations syndicales car il y a des efforts à faire, ni pour la direction car elle doit faire des concessions par rapport à ce qu’elle voudrait faire. Mais c’est un accord qui permettra de préserver l’entreprise et d’augmenter sa charge de travail. Cet accord va favoriser la relocalisation massive de volumes de production. C’est le retour de Renault en France. Il était temps.

Les volumes prévus sont assez faibles. N’êtes-vous pas un peu trop optimiste sur les conséquences d’un accord chez Renault ? 

Aujourd’hui, Renault produit 530 000 véhicules. Avec l’accord, ce seront au minimum 710 000 véhicules qui sortiront des chaînes françaises et si le marché repart, l’engagement portera sur 800 000. Nous nous sommes beaucoup impliqués dans ce dossier. 300 000 véhicules de plus, soit 60 % de hausse ce n’est pas rien. Je voudrais aussi rajouter que Renault s’est engagé à des investissements massifs sur les sites français : 420 millions d’euros à Douai, 230 millions à Sandouville, 190 millions à Dieppe, 300 millions à Cléon. Au total cela fait 1 milliard d’euros d’investissements. Cette somme provient de la vente que j’ai autorisée, en tant que co-responsable de l’Agence des participations de l’Etat (APE), des parts de Renault dans Renault Trucks. Nous avions négocié que la moitié de cette manne serve la cause des relocalisations et la remise en marche des sites en France. 

Propos recueillis par Anne-Sophie Bellaiche, Christophe Bys et Pascal Gateaud

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

07/03/2013 - 21h07 -

Mr Montebourg risque bien de se faire amuser une fois de plus par un de ces dirigeants financiers qui ont conquis la direction de nos grandes entreprises, faire croire que les nouveaux accords avec le personnel qui feraient baisser les couts de production de 300 € par voiture vont permettre à Renault de reconquérir des parts de marché, c’est évidemment un leurre. Si les constructeurs automobiles allemands augmentent leur part de marché, c’est le résultat d’un travail rigoureux de création de leurs ingénieurs et dirigeants en vrais capitaines d’industrie pour des produits qui font rêver les clients. Cette force de création est largement partagée avec leurs sous-traitants et équipementiers. Le personnel de production n’est pas oublié félicité par exemple par une nouvelle prime de 7200 € chez VW. L’équipe dirigeante de Renault, de son côté s’est préoccupée depuis longtemps des seuls produits financiers instantanés générés par le flux d’argent induit par l’activité sans aucune considération du personnel technique de conception ou production et bien sûr sous-traitants et équipementiers qui ont disparu un par un avec leur capital de création.
L’objectif de l’opération de séduction actuelle de Mr Carlos Ghosn est sans doute d’obtenir comme PSA un prêt de quelques milliards garanti par l’Etat pour continuer de faire tourner la machine financière, milliards qui ne seront bien sûr pas destinés aux investissements d’avenir de conception ou de production que ces mêmes dirigeants sont incapables de motiver.
Répondre au commentaire
Nom profil

07/03/2013 - 18h51 -

Lamentable. Il n'y a même pas d'analyse entre la réforme structurelle que Renault va faire (et donc qui va durer très très longtemps) et la réforme conjoncturelle qui est l'objectif de l'amélioration et de la flexi-securité. Habilement Renault fait passer sa réforme sous la réforme conjoncturelle car phasée avec ce que le gouvernement veut faire et Montebourg se fait de la pub sur ce qu'il n'a pas fait...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle