Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

"L'accord Maroc - UE sur les signes de qualité est un saut qualitatif pour nos produits agricoles", selon Mohamed El Guerrouj

, , ,

Publié le

Entretien Le Maroc et l'UE ont signé un accord mutuel sur la protection des indications géographiques.Grâce à cet accord, les deux parties pourront assurer un niveau élevé de protection de leurs indications géographiques de produits alimentaires. Rencontré par L'Usine Nouvelle en marge du salon de l'agriculture de Paris, Mohamed El Guerrouj, directeur général de l'Agence de développement agricole revient sur les enjeux.

L'accord Maroc - UE sur les signes de qualité est un saut qualitatif pour nos produits agricoles, selon Mohamed El Guerrouj © dr

Etablissement à caractère public, l'Agence pour le développement agricole marocaine (ADA) participe à la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale concernant le développement de l'agriculture notamment paysanne. Elle propose les plans d'action relatifs au soutien des filières agricoles à haute valeur ajoutée et celui de l'agriculture solidaire. Ainsi, elle gère le foncier, valorise les produits agricoles et s'occupe de la promotion des investissements du secteur. Mohamed El Guerrouj son directeur général revient pour L'Usine Nouvelle sur l'accord de protection des indications géographiques signé entre le Maroc et l'UE.  

L'Usine Nouvelle : Le Maroc vient de conclure avec l'Union Européenne un accord sur la protection des indications géographiques. Quelle importance revêt cet accord pour le Maroc ?

Mohamed El Guerrouj : L'accord a été paraphé lors de la semaine verte internationale de Berlin qui s'est tenue en janvier.  C'est une reconnaissance internationale de ce que nous faisons en matière de qualité depuis la loi 25-06 relative aux Signes distinctifs d'origine et de qualité de mai 2008. Il s'agit d'une reconnaissance mutuelle des signes distinctifs d'origine et de qualité des produits agricoles. Cet accord entrera en vigueur dès son approbation par les parlements respectifs des deux parties. Il représente un bond en avant pour les deux parties. C'est un saut qualitatif, une image de marque rattachée à un lieu géographique déterminé et à des producteurs marocains qui font beaucoup d'effort. C'est aussi une garantie de protection du consommateur car la labellisation est un processus basé sur le respect d'un cahier des charges strict. Au Maroc, nous totalisons 29 produits alimentaires et 19 vins marocains qui vont bénéficier d'une protection sur les différents marchés de l'UE et gagneront en intérêt commercial. En 2020, nous prévoyons d'arriver à une centaine de produits.

Quels sont les objectifs fixés à l'Agence de Développement agricole que vous dirigez ?

Il faut d'abord rappeler que notre action entre dans le cadre du plan Maroc Vert lancé par le royaume en 2008. Nous avons défini des contrats programmes pour toutes les filières agricoles d'amont en aval en collaboration avec l'interprofession. Les projets sont répartis en deux piliers. Le Pilier I concerne l'investissement privé et cible les zones à fort potentiel agricole. C'est le monde d'une agriculture moderne à haute valeur ajoutée. Le coût de ces projets est de 70 milliards de dirhams au bénéfice de 560 000 agriculteurs. L'Etat intervient directement dans le Pilier II. Ce dernier touche l'agriculture solidaire familiale pratiquée souvent dans des zones défavorisées. Celle qui vise justement à développer tous ces signes de qualité.

Bio express
Diplômé de l’Institut national d’agronomie de Paris en 1990 et de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat en 1991, Mohamed Elguerrouj a  45 ans. En 2005, il a été notamment directeur provincial de l’agriculture. Après sa nomination en 2009 en tant que directeur de gestion des projets à l’Agence pour le développement agricole, il est nommé en avril 2013 directeur général de cette même agence.

 

Que représentent pour le Maroc les produits issus du terroir ?

Essentiellement la valorisation de produits issus de l'agriculture familiale. Nous cherchons à rendre cette agriculture à la fois viable et pérenne en mettant en avant la biodiversité, la protection de l'environnement ainsi que celle de cette population d'agriculteurs qui n'a pas beaucoup de visibilité sur le marché parce qu'elle produit en petites quantités et vit dans des régions reculées. Nous les aidons à attaquer le maillon de la commercialisation à la fois au niveau national et international. Nous contribuons ainsi à intégrer leur activité dans l'économie formelle et comptabiliser leurs ventes au titre des exportations marocaines lorsqu'ils signent des contrats à l'international.

Que comprend la qualité des produits dont vous parlez ?

D'abord le strict respect du cahier des charges pour avoir le droit d'utiliser les différentes appelations. Par ailleurs, en janvier 2013, le Maroc a promulgué la loi 39-12 relative à la production biologique. Nous commercialisons ainsi des produits de terroir en respectant les normes de ce type d'agriculture. Dans le domaine de la protection du consommateur, l'Agence de développement agricole travaille en ce sens en coordination avec l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires. Autre point important, nous protégeons le circuit de distribution contre les pratiques malveillantes de falsification des labels. C'est une mission vitale car si pour une raison ou pour une autre, nous perdons la confiance du consommateur, cela annihilerait de facto tout le reste de nos efforts.

Propos recueillis par Nasser Djama

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle