Economie

L’accord de compétitivité entériné chez STX France

, ,

Publié le

Après dix jours d’incertitude, l’accord visant à améliorer la compétitivité des chantiers STX est entériné. Signé le 31 janvier par la CFDT et la CGC, il était suspendu à la décision de FO. Ce syndicat, après un dernier baroud d’honneur et quelques nouvelles concessions, a finalement renoncé à dénoncer cet accord.

L’accord de compétitivité entériné chez STX France

L’accord de compétitivité a finalement été entériné aux chantiers STX France, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et à Lorient (Morbihan). Il devrait permettre de réaliser 21 millions d’euros d’économies sur trois ans. Après l’accord de pacte social pour la compétitivité signé avec la direction de STX France le 31 janvier par la CFDT et la CGC, FO se trouvait au pied du mur. La CGT avait rejeté l’accord, refusant toute régression sociale. Avec ses 19% de voix aux élections professionnelles, FO endossait de facto le rôle d’arbitre, le tandem CFDT - CGC n’atteignant pas les 50%.

Face à l’intransigeance risquée des uns et les concessions des autres, FO a cherché à pousser son avantage en demandant plus à la direction. Le syndicat a obtenu de nouvelles concessions, assez mineures, mais permettant à un plus grand nombre de salariés de bénéficier de compensations en cas de diminution du temps de travail.

La direction, tout en restant intransigeante sur la nécessité de signer l’accord de compétitivité pour répondre à l’appel d’offres du croisiériste MSC Croisières pour la construction de deux paquebots, a donné une porte de sortie honorable à FO. Le syndicat a donc décidé de ne pas déposer de recours, permettant ainsi la mise en application de l’accord.  Il ne pouvait pas prendre le risque de voir dénoncer tous les accords d’entreprise, plus favorables que la convention collective.

Du coup, MSC a indiqué, lundi 10 février, qu’il avait "une certaine confiance" dans la signature de la commande des deux nouveaux paquebots géants, avec une option pour deux autres paquebots. La direction de STX va répondre à l’appel d’offres, considérant qu’elle peut désormais proposer un prix à la fois compétitif et mettant à l’abri d’une vente à perte.

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte