L’abattoir Doux de Chantonnay se prépare à la fermeture

Alors que le groupe Doux s’achemine vers une liquidation judiciaire, son abattoir de Chantonnay (Vendée) est a priori exclu d’un possible périmètre de rachat. A moins d’une solution de dernière heure, ses 300 emplois sont condamnés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L’abattoir Doux de Chantonnay se prépare à la fermeture
Une cellule de reclassement déjà mise en place pour les salariés de Doux à Chantonnay.

On voit mal ce qui pourrait sauver l’usine Doux de Chantonnay, en Vendée, alors que le dossier du groupe volailler, filiale de Terrena, sera examiné le 4 avril au tribunal de commerce de Rennes (Ille-et-Vilaine), le groupe s’acheminant vers une liquidation judiciaire. Déjà, le site vendéen, qui emploie près de 300 salariés dont 120 intérimaires, n’était pas inclu dans le périmètre de reprise visé par le groupe ukrainien MHP, unique candidat à la reprise de Doux. Sauf proposition de dernière heure, l’abattoir de Chantonnay, qui produit chaque jour 190 000 poulets congelés pour l’export au Moyen Orient, est donc promis à la fermeture sans que l’on en connaisse encore la date.

Localement, les salariés tablent sur un accompagnement du groupe coopératif Terrena, qui détient Doux et qui envisageait, dans son plan de transformation de 2017, une spécialisation du site sur le marché halal.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une cellule de reclassement déjà mise en place

Depuis le 19 mars, une cellule de reclassement est en place. Elle a déjà été sollicitée par une soixantaine de salariés. Terrena a également missionné le cabinet de ressources humaines Altedia, lequel a contacté les acteurs vendéens de l’agroalimentaire tels que le volailler Maître Coq (LDC), Sodebo, La Boulangère… Des postes seront également proposés au sein de Galliance, groupe volailler né de la reprise par Doux et de la branche volaille de Terrena (Gastronome). Ce reclassement devrait donc être facilité par la situation de quasi plein emploi que connaît actuellement le bocage vendéen.

En attendant, la CFDT craint que le site soit, dans cette ultime période d’activité, déstabilisé par le départ d’intérimaires allant chercher sans attendre des missions ailleurs.

Emmanuel Guimard

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DOUX
ARTICLES LES PLUS LUS