L'A400M, boulet des résultats 2009 d'EADS

par Matthias Blamont

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

L'A400M, boulet des résultats 2009 d'EADS

PARIS (Reuters) - EADS présentera ses résultats 2009 mardi et annoncera que ses bénéfices opérationnel et net ont été intégralement effacés par une nouvelle provision de 1,8 milliard d'euros liée aux difficultés du programme A400M.

Le géant aéronautique et de défense, maison mère d'Airbus, devrait néanmoins insister sur les bonnes nouvelles. Au terme de plusieurs mois de négociations difficiles avec les pays clients de l'avion de transport militaire, un "accord de principe" sur le partage de ses surcoûts a été confirmé officiellement vendredi soir.

Les sept pays de l'Otan à l'origine du lancement de l'appareil, en retard de près de quatre ans, se sont engagés auprès d'EADS à apporter deux milliards d'euros supplémentaires accompagnés d'une soulte complémentaire de 1,5 milliard "en échange d'une participation aux futures ventes à l'exportation".

Plusieurs aspects concrets de ce "plan de sauvetage" doivent encore être finalisés au cours des prochaines semaines et des désaccords de dernière minute peuvent encore survenir mais ses grandes lignes permettent à EADS de contenir son exposition financière - la provision aurait pu être plus élevée, notamment en l'absence d'accord - et de sauver le premier projet européen de défense.

Au cours d'une conférence de presse lundi matin, le ministre de la Défense Hervé Morin a souligné que la France maintenait sa commande de 50 avions - avec une première livraison attendue début 2013 - et que les surcoûts du programme se traduiraient par une dépense publique supplémentaire de 550 millions d'euros.

Berlin envisage une légère réduction de sa commande d'avions A400M, a de son côté déclaré un porte-parole du ministère allemand de la Défense. Le ministère n'exclut pas, parallèlement, de renoncer à la spécification de vol en basse altitude de l'A400M, a-t-il ajouté.

L'Allemagne maintient en revanche sa position sur les pénalités de retard en cas de non-respect du calendrier prévisionnel de livraison, a indiqué le porte-parole.

L'agence de notation Moody's Investors Service a estimé que l'accord de principe n'avait pas d'incidence sur la notation A1 de la dette senior non garantie d'EADS.

A 15h45, l'action EADS reculait de 2,04% à 15,63 euros à la Bourse de Paris.

"Le fait qu'EADS soit finalement parvenu à un accord est positif. Néanmoins, l'activité (du reste du groupe) paraît plus difficile que prévu", souligne Markus Tunrnwald, analyste auprès de DZ Bank.

QUID DE LAGARDÈRE ET DAIMLER ?

L'A400M était devenu la préoccupation première du groupe ces deux dernières années.

La nouvelle charge annoncée vendredi porte à 4,2 milliards d'euros la provision passée par EADS dans le cadre du programme. Airbus devra désormais veiller au bon déroulement de la production de l'avion et lui assurer un avenir à l'exportation s'il veut espérer en tirer des profits.

Initialement évalué à 20 milliards d'euros, le développement des 180 premiers exemplaires de l'A400M est désormais estimé à 31,2 milliards.

Lors de la publication de ses résultats du troisième trimestre le 16 novembre, EADS avait déclaré qu'il lui était impossible de fournir une prévision de résultat opérationnel pour 2009 "en raison des incertitudes en cours sur le montant des charges potentielles liées aux programmes A400M et A380 au quatrième trimestre".

Le gros porteur A380, dont la production est toujours dépeinte comme complexe par les équipes d'Airbus, constitue un autre foyer potentiel de provisions.

EADS avait toutefois indiqué que son résultat opérationnel avant éléments exceptionnels s'élèverait probablement à environ deux milliards d'euros.

Pour leur part, les huit analystes interrogés par Reuters entre le 25 février et le 4 mars anticipent en moyenne un résultat opérationnel avant éléments exceptionnels de 694 millions d'euros, à comparer à 2,83 milliards d'euros en 2008. D'après 11 analystes, la perte nette devrait ressortir à 43 millions d'euros.

A l'occasion de la présentation des résultats commerciaux d'Airbus le 12 janvier, EADS avait fait état d'un chiffre d'affaires 2009 en diminution de près de 4% à 41,7 milliards d'euros.

L'actionnaire privé de référence allemand d'EADS, le constructeur automobile Daimler, a prévenu le 3 mars qu'il serait certainement contraint de passer une charge importante dans ses comptes 2010, conséquence de son exposition indirecte aux performances financières d'EADS.

L'actionnaire privé de référence français, Lagardère, publiera ses résultats 2009 le 10 mars. Personne n'était joignable lundi au sein du groupe de médias pour un commentaire.

Avec la contribution de Maria Sheahan et Tim Hepher, édité par Dominique Rodriguez

0 Commentaire

L'A400M, boulet des résultats 2009 d'EADS

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS