Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

L’A350 a volé pour la première fois

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Dans les avions à destination de Toulouse depuis Paris, beaucoup de passagers sont là pour assister à l’événement : le premier vol de l’A350. A bord, les capitaines n’hésitent pas à faire référence à l’événement et souhaiter un excellent premier vol au nouvel avion même s’ils annoncent un temps légèrement nuageux.

L’A350 a volé pour la première fois © Airbus

C’est fait. Il a décollé à 10h00 précises. L’A350 s’est élancé sur la piste, pris de la vitesse, et s’est arraché du sol. Sans le moindre problème et sous un beau soleil. Plusieurs centaines de visiteurs, de dirigeants et techniciens d’Airbus, partenaires, élus nationaux dont le ministre des transports Frédéric Cuvillier et les élus locaux, représentants de média internationaux,  étaient présents pour assister à cet événement. Sourire aux lèvres, lunettes de soleil sur le nez, certains agitent leur drapeau bleu et blanc surlequel est affiché "A350 first flight, we did it !"

Dans la foule des anonymes, bien placés pour ne rien louper de l’envol, Didier Sansons n’est autre que le directeur de programme A350 pour Thales. "J’ai passe 5 ans ½ sur ce programme. C’est un moment de grande fierté" confie-t-il, certain  que tout allait bien se passer.

Bruno, compagnon Airbus en bleu de travail, n’aurait loupé le moment pour rien au monde. "A chaque premier vol, on a l’autorisation de pouvoir y participer. J’étais déjà pour le premier vol de l’A380", dit il ravi au milieu de ses collègues.

Pour Airbus, ce premier vol n’est pas un aboutissement mais une étape cruciale qui vient d’être franchie. Elle valide les multiples années de travail et de développements fournies par  l’ensemble de ses équipes et des 90 partenaires embarqués sur ce programme (Rolls Royce pour le moteur, Thales pour l’avionique, le fabricant américain Spirit pour le tronçon central…). Depuis 2006, les équipes travaillent d’arrache-pied sur le programme.

10 000 ingénieurs

Pour Didier Evrard,  le directeur du programme, c’est un véritable succès. Le premier vol se fait avec "seulement" un an de retard sur le calendrier initial prévu. A titre de comparaison, le programme du 787 a dérapé de 3 ans. Pour atteindre ce resultat, l’avionneur a mobilisé l’ensemble de ses usines (Broughton au Royaume Uni, Getafe en Espagne, Stadt et Hambourg en Allemagne, Saint-Nazaire et Toulouse en France….). Au plus haut des développements jusqu’à 10 000 ingénieurs et techniciens ont additionné leurs efforts.

L’avionnneur a  construit des nouvelles usines notamment celles d’assemblage des ailes au Royaume-Uni et de l’appareil sur Toulouse, investi dans des nouveaux moyens de production comme les autoclaves géants pour la cuisson des sous-ensembles en matériaux composites, supervisé sa supply chain comme jamais pour qu’elle soit au rendez-vous… "Nous avons livré déjà plus de 1 600 équipements pour ce premier vol afin de faire tous les tests nécessaires", explique-t-on chez Thales. L’électronicien fournit le câblage, le système de distribution électrique, les principaux calculateurs de bord, le système de navigation… 

600 commandes 

L’enjeu commercial pour Airbus est colossal. L’appareil porte tous les espoirs de l’avionneur pour revenir en force  sur le marché des long courriers où son rival Boeing domine largement avec son 777 et son 787. L’A350 doit remplacer à terme l’A330 vieillissant et dépassé technologiquement. L’A350 grâce à son fuselage à 50% en matériaux composites, promet aux compagnies aériennes une réduction de la facture de carburant de 25% par rapport aux avions de la génération précédente. Airbus a déjà engrangé plus de 600 commandes.

A Toulouse, c’est plus qu’un nouvel avion qui a décollé. C’est un espoir de nouvelles conquêtes technologiques et commerciales.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle