L'assouplissement quantitatif dans les attributions de la BoE

LONDRES (Reuters) - Le ministre britannique des Finances, George Osborne, a annoncé mercredi une inflexion des attributions de la Banque d'Angleterre (BoE) pour y inclure la possibilité du recours à des mesures non-conventionnelles de soutien à la croissance.

Partager

La BoE a consacré 375 milliards de livres ces dernières années à l'achat d'emprunts d'Etat pour favoriser le crédit et l'activité économique, une politique d'"assouplissement quantitatif" (QE) qui l'a fait sortir de ses attributions habituelles.

Lors de la présentation de son projet de budget au Parlement, George Osborne a confirmé "la primauté de la stabilité des prix et de l'objectif d'inflation dans le cadre de la politique monétaire de la Grande-Bretagne".

L'objectif d'inflation de la BoE est actuellement fixé à 2% mais la hausse des prix a atteint 2,8% sur un an en février.

"Mais, comme nous l'avons constaté ces cinq dernières années, une inflation basse et stable est une condition nécessaire mais pas suffisante de la prospérité", a-t-il ajouté.

Les nouvelles attributions de la BoE, a-t-il poursuivi, "prennent acte du fait que le Comité de politique monétaire pourrait avoir à recourir à des instruments monétaires non-conventionnels pour soutenir l'économie tout en maintenant une inflation stable."

Le gouverneur de la BoE, Mervyn King, et son successeur désigné, Mark Carney, ont approuvé cette évolution des missions de l'institution, a précisé le chancelier de l'Echiquier.

Guy Faulconbridge, Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS