Quotidien des Usines

KTC Fluid Control lâchée par ses repreneurs et bientôt en liquidation judiciaire

Publié le

Social

Les salariés du spécialiste d'articles de robinetterie industrielle KTC Fluid Control, filiale de Trouvay & Cauvin, et basé à Fécamp (Seine-Maritime, 192 salariés) ont appris le vendredi 15 novembre dernier la mise en liquidation judiciaire imminente de leur entreprise. A la suite de la décision du Tribunal de Commerce du Havre (Seine-Maritime) du 29 octobre, les repreneurs déclarés, le groupe autrichien Klinger et la société américaine Armstrong, devaient reprendre respectivement 28 et 48 salariés de cette PMI en redressement judiciaire depuis le 22 juillet 2002. Ils se désistent !

Parallèlement, Klinger devait réintégrer 59 salariés liés à l'activité robinetterie et dépendants de Trouvay Cauvin France (TCF, 275 salariés) établi au siège du groupe au Havre. Là aussi, Klinger renonce. Les 135 « non repris » vont rejoindre les 116 salariés de KTC et les 189 de TC France en cours de licenciement.

La raison de ce changement de cap, selon les industriels : la grève des salariés de KTC qui occupent quotidiennement leur usine, et refusent de souscrire au plan social présenté, bloquant la prise de possession de l'outil de travail. Les grévistes qui jugent globalement insuffisantes les mesures proposées aux futurs licenciés, s'élèvent en plus contre la décision de l'Assurance de Garantie des Salaires (A.G.S.) de ne calculer leurs allocations (chômage, retraite ou préretraite ) que sur la base de 35 heures, alors qu'ils avaient signé en 1996 un contrat « Loi Robien ».

En fait, le groupe les payait bien sur une base de 39 heures hebdomadaires, le différentiel entre 35 heures et 39 heures faisant l'objet de paiement en heures supplémentaires.

Pour le moment, les seuls rescapés de ce démantèlement annoncé sont les 27 employés de l'ex TEM (Techniques et Équipements de Maintenance), dépendants de TCF, et repris par la société Corpet-Lejade, spécialisée dans la distribution de matériels pour l'industrie.

Patrick BOTTOIS

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte