Kronenbourg lance une « mutation radicale » et réduit ses effectifs

Partager

Thomas Amstutz, nommé P-DG des Brasseries Kronenbourg après leur rachat par le danois Carlsberg au printemps dernier, a annoncé, ce matin, lors d'un comité central d'entreprise « un plan global de relance » qui « devrait impacter, d'ici fin 2010, 214 salariés en CDI ».

Le brasseur français, qui détient 34 % du marché national, affiche un chiffre d'affaires de 855 millions d'euros en 2007. Il emploie 1 400 personnes, principalement au siège social de Strasbourg et dans sa brasserie d'Obernai (Bas-Rhin).

« Le marché de la bière en France décline depuis plusieurs décennies et son déclin s'accélère depuis 2 ans. Il est soumis à des contraintes légales fortes qui se renforcent et à un environnement économique morose. Leader du marché, les Brasseries Kronenbourg connaissent un recul marqué de leurs positions », indique un communiqué publié jeudi.« Notre plan stratégique doit nous permettre de relancer nos ventes et de restaurer notre rentabilité afin de rester compétitifs face à nos concurrents », déclare Thomas Amstutz dans ce communiqué.

Cette réorganisation, qualifiée de « mutation radicale », concerne « tous les sites, toutes les fonctions et toutes les catégories professionnelles », précise la direction. « Elle vise à redéfinir tous les processus de fonctionnement, à revoir tous les organigrammes et à repréciser tous les postes de travail ».

« En deux ans, notre rentabilité a été divisée par deux », précise un porte-parole de Kronenbourg. La brasserie d'Obernai a produit 7,5 millions d'hectolitres en 2006, contre 6,5 à 6,6 millions attendus cette année.

« Tous les niveaux hiérarchiques sont touchés, depuis le comité exécutif jusqu'à l'employé », précise le porte-parole de Kronenbourg. Selon lui, la réduction d'effectifs concerne 121 postes de la fonction « supply-chain » (production et logistique), 52 liés aux « fonctions de support » et 42 au niveau de l'administration commerciale. « On veut remettre en place une organisation qui soit plus efficace et on va investir massivement dans la relance de nos marques auprès des clients, car le problème aujourd'hui n'est pas un problème de qualité, mais un problème d'image », affirme-t-il.

De notre correspondant en Alsace, Thomas Calinon

Nouveau !
L'édition 2008-2009 de « L'Atlas des Usines » vient de sortir. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 785 sites de production de plus de 85 salariés implantés en France. Il est en vente à notre librairie. Pour le commander en ligne, cliquez ici.

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS