Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Kremer veut plus de chouquettes et de fondants au chocolat

, , ,

Publié le

La pâtisserie industrielle Michel Kremer a investi 1,5 million d'euros dans une nouvelle ligne de production. Cette PME de 250 salariés vient d'être reprise par le leader européen des surgelés sucrés Mademoiselle Desserts.

Kremer veut plus de chouquettes et de fondants au chocolat
Le spécialiste de la chouquette met en service une nouvelle ligne de production sur son site d'Argenton-sur-Creuse.
© Michel Kremer

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le pâtissier industriel Kremer met en service une nouvelle ligne de production sur son site d'Argenton-sur-Creuse, près de Châteauroux (Indre). Plus d'1,5 million d'euros ont été investis dans cette quatrième unité. L'objectif est d'augmenter de 20 % les capacités, espère en substance Didier Boudy, directeur général de Mademoiselle Desserts, qui vient de reprendre Kremer. Spécialiste de la chouquette, qu'il vend aux fournisseurs des artisans boulangers et aux marques de distributeurs comme Picard, l'industriel Michel Kremer a été acquis par son concurrent, le français Mademoiselle Desserts, contrôlé par le fonds d'investissement IK Partners depuis cet été. Le montant de la transaction reste confidentiel.

Numéro 1 européen des préparations et pâtisseries surgelées en BtoB, Mademoiselle Desserts s'empare d'une usine de 250 salariés, qui apportera près de 40 millions d'euros de chiffre d'affaires en plus des 220 millions d'euros du groupe. Guillaume Kremer, fils du fondateur Michel Kremer, intègre la direction de Mademoiselle Desserts, où il prendra en charge la croissance externe.
Mademoiselle Desserts a aussi investi en Dordogne et outre-Manche

Outre les chouquettes et les fondants au chocolat, Kremer prépare du snacking salé, alors que Mademoiselle Desserts ne réalise que du sucré pour des distributeurs, de la restauration hors foyer,... "C'est complémentaire, mais le salé n'entre pas dans notre stratégie de développement", précise Didier Boudy.

Le siège social de Mademoiselle Desserts, ex-Européenne des desserts, se situe à Montigny-le-Bretonneux (Yvelines) et sa principale usine à Combat-sur-Trincoux, près de Périgueux (Dordogne). Le groupe a investi dans une nouvelle unité à Tenon (Dordogne) en 2017, pour 5 millions d'euros. Et il a déménagé une ligne de production en Angleterre, pour environ 3,5 millions d'euros.

Cette ETI compte désormais 1 650 salariés dans 10 usines, dont trois en Angleterre et une en Hollande. Il prévoit une progression du chiffre d'affaires en 2018.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle