Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

KPN envisage de se désengager de Simyo

,

Publié le

L'opérateur historique néerlandais dit étudier deux possibilités pour sa filiale "low cost" hexagonale : un renforcement ou une vente. En cause, un marché jugé "difficile" et une concurrence qui s'annonce de plus en plus rude.

KPN envisage de se désengager de Simyo © D.R.

Les opérateurs mobiles historiques – Bouygues Telecom, Orange et SFR – ne sont pas les seuls à craindre l'arrivée prochaine de Free. Il en va de même des MVNO, ces opérateurs mobiles virtuels qui, à l'instar de NRJ Mobile ou Virgin Mobile, se sont taillés une place de plus en plus importante en louant le réseau d'un opérateur en place pour proposer leurs services. Selon l'Arcep, le régulateur des télécoms, les MVNO disposaient de 10,65% de parts de marché en France en septembre 2011 (contre 6,91% en septembre 2010).

Arrivé en France début 2009, Simyo, filiale de l'opérateur néerlandais KPN, pourrait bien être le premier MVNO à jeter l'éponge. Selon Bloomberg, Thorsten Dirks, le patron des activités "mobiles" internationales de KPN, vient en effet d'indiquer lors d'une conférence de presse que son groupe se prononcera d'ici six mois sur l'avenir de cette filiale hexagonale, qui s'appuie sur le réseau de Bouygues Telecom pour distribuer sur internet une offre de téléphonie mobile à très bas prix (cartes SIM, recharges prépayées et téléphones mobiles...).

Arguant de conditions "difficiles", le responsable de KPN a souligné que les activités hexagonales de Simyo - opérateur également présent en Allemagne, en Espagne et en Belgique - pourraient être cédées. Sans pour autant écarter la possibilité de les renforcer si KPN parvient à leur dessiner un nouvel avenir.

Pour l'instant, rien n'est moins sûr. L'arrivée du quatrième opérateur mobile, qui promet de tirer les prix vers le bas, est imminente. Quant aux trois grands opérateurs en place, ils ont déjà commencé à riposter à son arrivée avec de nouvelles offres discounts (Sosh chez Orange, Red chez SFR, B&You chez Bouygues Telecom...). Lesquelles s'inspirent largement des modèles de paiement à la consommation des opérateurs mobiles virtuels "low-cost" comme Simyo...

Enfin, "KPN, comme beaucoup d'autres opérateurs européens, analyse actuellement son portefeuille d'activités pour ne développer que celles qui ont la plus forte rentabilité", relève Jean-Claude Delcroix, vice-président de la recherche au cabinet Gartner. "Nous ne sommes plus dans l'ère de la croissance tous azimuts, et les autres activités, à la croissance plus marginale, seront donc écartées. En vendant ses activités japonaises à Softbank, Vodafone a été l'un des premiers à se réorganiser de la sorte. Il a depuis été suivi par de nombreux autres opérateurs, comme France Télécom."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle