Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Kopter, la PME suisse qui défie Airbus

, ,

Publié le

Images Le constructeur suisse Kopter compte ravir des parts de marché à Airbus Helicopters. Il a constitué une équipe d’experts reconnus et mis au point un appareil innovant.

Kopter, la PME suisse qui défie Airbus
Le Kopter Lively SH09

Une ancienne base de l’armée de l’air suisse nichée dans le canton de Glaris, à proximité de Mollis, une petite ville dominée par les sommets enneigés. Voilà le cadre que s’est choisi le constructeur suisse Kopter (ex-Marenco Swisshelicopter) pour installer sa nouvelle usine d’assemblage, à une heure et demie de route de Zürich. Inauguré début février, ce bâtiment ultramoderne devrait fabriquer, d’ici à 2022, 50 exemplaires par an du SH09, l’hélicoptère conçu par Kopter, une machine légère et mono-turbine.

La start-up est sans complexe. Elle s’attaque à une légende des voilures tournantes, l’Écureuil d’Airbus Helicopters, déjà vendu à plus de 5 700 exemplaires depuis son apparition sur le marché, en 1978. L’ambition de Kopter ? Ravir d’ici à cinq ans de 20 à 25 % du marché mondial des hélicoptères civils mono-turbine, un segment qui pourrait atteindre près de 11 000 machines neuves vendues d’ici à 2036, selon les prévisions d’Airbus Helicopters.

Rappel des faits. Le SH09 est conçu entre 2007 et 2009 par un ingénieur suisse, Martin Stucki. Le premier exemplaire est testé en octobre 2014. Un second prototype prend l’air en 2016, non sans quelques problèmes. Deux autres exemplaires d’essai doivent voler en 2018. L’une des originalités du projet est qu’il est entièrement financé par un oligarque russe, Alexander Mamut, un ancien conseiller de Boris Eltsine dans les années 1990 qui a investi pas moins de 270 millions d’euros dans l’affaire au travers de Lynwood, son fonds d’investissement implanté à Chypre. L’industrialisation du programme nécessitera au minimum 200 millions d’euros de plus.

(Le SH09 possède une cabine de 6,5 m3, l’une des plus grandes du marché (presque deux fois le volume de celle du Bell 407 de Bell Aircraft). La grande porte arrière a été spécialement conçue pour les missions d’évacuation sanitaire.)

 

Pour renforcer la maturité du programme, un coup de balai dans le management a été donné en 2016 et 2017. Exit Martin Stucki, place à une équipe venue de la concurrence : Philippe Harache, le président de la société, Andreas Löwenstein, le directeur général, Jan Nowacki, le patron des opérations, tous trois issus d’Airbus Helicopters, ainsi que Michele Riccobono, débauché de Leonardo Helicopters et placé à la tête du bureau d’études, pour ne citer qu’eux. "Nous devons passer d’une mentalité de start-up ingénieuse à celle d’un véritable constructeur, capable de produire en série et d’apporter un soutien aux clients dans le monde entier", explique Andreas Löwenstein.

La concurrence observe la société avec intérêt. "Sur le papier, le SH09 est une belle machine, mais on va voir si Kopter réussit à la faire certifier dans les temps", lance-t-on chez Airbus Helicopters. Le suisse a bien l’intention de perturber le jeu. Il va s’appuyer en priorité sur la modernité du SH09 et sur la présence de technologies de pointe face à ses concurrents beaucoup plus anciens.

(La turbine HTS 900 de 1 000 CV fabriquée par l’américain Honeywell est relativement récente puisqu’elle a été certifiéeau milieu des années 2000. L’un de ses atouts est un système de régulation numérique (Fadec) dernier cri qui permet de réduire la consommation de carburant.)

 

La certification, sésame attendu en 2019

Son hélicoptère est par exemple le seul de sa catégorie à avoir un fuselage entièrement composé de fibres de carbone pour combiner légèreté et résistance à la corrosion. Les dirigeants vantent aussi l’important volume intérieur de sa cabine afin de répondre au marché de l’évacuation sanitaire comme à ceux du VIP et du tourisme.

Le marché nord-américain, de loin le premier pour les hélicoptères, est le principal débouché visé par le Suisse. "Nous allons mettre en avant les qualités traditionnelles des produits suisses, la solidité et la précision", insiste Andreas Löwenstein. Le SH09 a déjà enregistré 34 commandes ferme, auxquelles s’ajoutent environ 130 engagements et lettres d’intention. Certains contrats ne seront validés qu’après l’obtention de la certification, qui devrait intervenir d’ici au second semestre 2019. Kopter s’est doté d’une usine qui utilisera les process du lean manufacturing, avec un assemblage en "flow line" et un objectif de temps de cycle de vingt semaines dans un premier temps. Ce chiffre est toutefois encore loin des standards d’Airbus Helicopters, qui réalise l’assemblage de l’Écureuil en quatre à cinq semaines à Marignane (Bouches-du-Rhône). Le "petit Suisse" a encore du chemin à faire…

Les grands jalons du SH09

2014 Premier vol

Mi-2019 Certification

Fin 2019 Mise en service

2022 Objectif d’une cadence de production de 50 appareils par an

Source : Kopter

 

Textron Bell 407 - États-Unis

Cette machine mono-turbine, entrée en service en 1996, est un dérivé d’un hélicoptère militaire, le Bell 206L. Il a été produit à près de 1 700 exemplaires, toutes versions confondues, et affiche un rayon d’action d’environ 630 km.

 

Leonardo AW119 - Italie

C’est le plus récent des concurrents du SH09. L’AW119 Koala a été mis en service en 2000 et fabriqué à 310 exemplaires. Il est, comme ses concurrents, aménagé pour 8 passagers (pilote inclus) et affiche une distance franchissable de 650 km.

 

Airbus Helicopters H125/130 - France, Allemagne

L’Écureuil a effectué son vol inaugural en 1974 et est entré en service en 1978. Il a fait depuis l’objet de plusieurs modernisations (rotor, turbine…). Sa dernière version date de 1997. Il s’est vendu plus de 5 700 exemplaires, le record de sa catégorie. Son rayon d’action est de 600 à 650 km.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle