Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Konecranes sommé de maintenir son usine française

, ,

Publié le

Konecranes, spécialiste des palans pour l'industrie, a choisi une usine allemande pour fabriquer de nouveaux produits, au détriment de son usine de Vernouillet (Eure-et-Loir). 120 emplois sont menacés.

Konecranes sommé de maintenir son usine française
Konecranes, spécialiste des palans pour l'industrie, a choisi une usine allemande pour fabriquer de nouveaux produits, au détriment de son usine de Vernouillet.
© SignalPAD/Wikimedia

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

En visite sur place, Jean-Pierre Floris, délégué du Ciri (Comité interministériel des restructurations industrielles) a demandé au finlandais Konecranes de maintenir de l'activité sur son site de Vernouillet (Eure-et-Loir), qui emploie 120 salariés. En novembre 2018, l'industriel a annoncé sa décision de confier la réalisation de sa nouvelle gamme de palans électriques à son usine de Wetter en Allemagne, au détriment de l'usine française. Un site finlandais et un en République tchèque étaient aussi en concurrence. "Cette mise en concurrence n'a pas vraiment eu lieu. La décision est déjà ancienne", déplore Stéphane Rault, délégué du personnel.

Les syndicats assurent que la direction n'a pas présenté les résultats de l'étude d'implantation de cette nouvelle gamme. "Le groupe affiche sa stratégie de ne conserver qu'une seule usine par continent et par type de produit", poursuit l'élu salarié, qui cite les exemples d'usines fermées en Autriche, en Suisse et aux Etats-Unis. De son côté, le représentant de l'Etat français a ajouté qu'il ne comprenait pas les motifs économiques d'un tel choix.

Réunion de crise avancée au 17 janvier

Conséquence : la pérennité de l'usine de Vernouillet est en jeu, soit 120 emplois permanents, sans compter les intérimaires. Une filiale support, Verlinde, qui emploie aussi 50 personnes à Vernouillet se retrouverait affaiblie. Selon les représentants des salariés, la direction n'aurait pris des engagements de production que sur 2019 et aurait aussi garanti qu'aucun licenciement ne serait prononcé cette année-là. La direction, qui n'a pas répondu à nos sollicitations, a mandaté un cabinet d'audit pour expertiser l'usine. Pour l'heure, aucun repreneur n'a été sollicité. A la demande du Ciri, une réunion sur l'avenir du site prévue en février a été avancée au 17 janvier.

Konecranes est un leader mondial du levage dans l'industrie. L'usine de Vernouillet fabrique des palans électriques à chaîne, utilisés dans les usines et sur les scènes de spectacles notamment. Présent dans les ponts roulants et les chariots élévateurs, Konecranes emploie 17 000 salariés pour un chiffre d'affaires d'environ 4 milliards d'euros. Konecranes possède une autre usine en France, à Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), qui fabrique des stackers et des grues roulantes.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle