Kodak, quand le produit éclipse la vision

Pendant longtemps, parler de Kodak ou de la photographie, cela revenait au même. Le seul nom de cette icône de l'industrie américaine suffisait à vous plonger dans un monde argentique fait de pellicules, d'ISO, de développements et d'appareils photo compacts. Ce n'est plus le cas : l'entreprise vient de se placer sous le régime des faillites aux États-Unis. Aujourd'hui, si Kodak reste l'une des marques les plus renommées, elle évoque plus un gâchis industriel qu'une réussite. On peut en pleurer ou méditer ce cas d'école pour en tirer quelques leçons. En constatant, par exemple, que le succès d'une entreprise ne se construit pas seulement sur une gamme de produits, mais d'abord sur une vision. Lorsqu'en 1880, George Eastman, alors employé de banque, décide de fonder sa société, il le fait en s'appuyant sur une idée simple : la photo pour tous. L'invention de la pellicule souple (dès 1888) ou celle de l'Instamatic des dizaines d'année plus tard ne constituaient pas des buts en soi, juste des outils au service de la stratégie énoncée par le fondateur. Stratégie que le slogan, adopté en 1889, a extrêmement bien traduit auprès du grand public : « Pressez le bouton, nous nous occupons du reste. » Lorsque le premier appareil photo numérique de Sony a fait son apparition en 1981, Kodak aurait pu se servir de cette signature comme clé de lecture. Mais les dirigeants de l'époque ne se reposèrent pas la question fondatrice : cette innovation permet-elle de simplifier l'usage de la photo ? L'américain disposait pourtant d'une capacité de recherche exceptionnelle (pour preuve, son portefeuille de plus de 11 000 brevets), et ses ingénieurs avaient mis au point la technologie dès 1975, avec un premier prototype d'appareil photo numérique. Mais l'introspection était sans doute trop douloureuse. Pour l'ensemble de l'entreprise, adopter le numérique revenait à sacrifier l'objet sur lequel Kodak avait bâti sa fortune : les pellicules. Autant parler de suicide...

Partager

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Architecte produits & systèmes / orienté Cyber-sécurité F/H

Safran - 13/11/2022 - CDI - Les Ulis

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

SOUTENEZ UN JOURNALISME D'EXPERTISE ET ABONNEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À L'USINE NOUVELLE

Rejoignez la communauté des professionnels de l’industrie et profitez d'informations et données clés sur votre secteur.

Découvrez nos offres