Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Kodak autorisé à céder ses brevets

, , , ,

Publié le

Le tribunal des faillites de New York a validé la vente par Eastman Kodak de plus d'un millier de brevets à un consortium composé par de nombreux groupes technologiques dont Google et Apple. L'ancien géant de la photographie devrait en retirer 525 millions de dollars, de quoi lui éviter la faillite.

Kodak autorisé à céder ses brevets © Tom.arthur - Flickr - C.C.

La sortie de crise se profile pour Eastman Kodak. Le tribunal des faillites de New York a validé la vente par le géant déchu de la photographie d'un catalogue de plus de mille brevets à un consortium composé par de nombreux groupes technologiques dont Google et Apple. Eastman Kodak devrait ainsi échapper à la faillite qui le menaçait, en retirant de cette vente près de 525 millions de dollars.

"La motion" est accordée, stipule le document du tribunal des faillites, daté du 10 janvier, rappelant que le "19 décembre, Eastman Kodak avait déposé une demande d'autorisation de vente de brevets".

La longue liste des acheteurs : Apple, Google, Microsoft, Facebook...

Le consortium d'acheteurs est composé d'un grand nombre de sociétés. On y retrouve ainsi les groupes informatiques Apple et Microsoft, le géant de l'internet Google, le réseau social Facebook, le groupe de e-commerce Amazon mais aussi le fabricant canadien du blackberry RIM ou encore les groupes électroniques sud-coréen Samsung et taiwanais HTC ainsi que le groupe japonais de technologies de l'image Fujifilm.

Les enchères pour vendre ce portefeuille de 1 100 brevets liés à la capture, le stockage et l'analyse d'images numériques devaient initialement s'achever en août mais le groupe les avait prolongées sine die. D'après la presse, les offres étaient décevantes pour Kodak, qui espérait au départ récupérer jusqu'à 2,6 milliards de dollars. L'entreprise avait en effet déposé le bilan le 19 janvier 2012, victime au bout de 131 ans d'existence du retard pris dans le numérique.

Kodak avait alors annoncé jouer sa survie au prix d'une lourde restructuration, passant par la cession ou l'abandon de toute une série d'activités et par des suppressions d'emplois. La vente de ses brevets pour au moins 500 millions de dollars était une condition posée mi-novembre par ses créanciers pour lui accorder de nouveaux prêts censés favoriser sa sortie de faillite, prévue au premier semestre 2013.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/01/2013 - 20h45 -

Tout cela à cause de l'aveuglement de quelques dirigeants, comme George Fisher, qui n'ont pas su mettre en place ce qu'ils avaient pourtant senti venir.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle