KME France : 49 licenciements à Givet et 24 à Courbevoie

La mise en place de la reprise de l'usine de KME France de Givet à Fromelennes (Ardennes) par le groupe finlandais Cupori se traduira par la perte de 73 emplois dans les Ardennes et au siège de Courbevoie (Hauts-de-Seine). Mais 214 emplois sont sauvés à Givet où la fonderie va même monter en puissance dans un nouveau groupe industriel.

Partager

La reprise du site KME France de Givet à Fromelennes (Ardennes) par le groupe finlandais Cupori a été officialisée le 20 novembre 2015 par la signature d'un accord majoritaire entre Dominique Dexant, le PDG de KME, et les partenaires sociaux (CGT, CFDT, CFE-CGC). La fonderie ardennaise va devenir le centre névralgique en passant d'une capacité de production de 40 000 à 80 000 tonnes de billettes. Elle travaillera désormais pour l'usine de Niederbruck (Haut-Rhin), celle de Serravalle en Italie et pour le groupe Cupori en Finlande, tout en reprenant l'activité d'une autre usine italienne située près de Florence.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Mais s'il garantit la pérennité de 214 emplois à Givet, l'ensemble du processus de réorganisation et de maintien de l'activité aura des conséquences sociales avec la suppression de 49 postes à Givet et 24 au siège de Courbevoie (Hauts-de-Seine). Les 73 salariés concernés feront l'objet d'un licenciement économique ou d'une dispense d'activité. A Givet, les 49 postes sacrifiés toucheront des cadres, agents administratifs, techniciens de qualité, magasiniers et agents de production rattachés à la maintenance-travaux neufs, la finition, la tuberie et l'ébauchage.

A l'avenir, les fonctions liées à l'environnement et à la sécurité seront regroupées et d'autres services mutualisés. Par ailleurs, et pour conserver la meilleure maîtrise des coûts possible, les sites de Givet et Niederbruck devront développer le maximum de synergies et créer des structures communes dans certains secteurs.

Un accompagnement financier sera assuré par le groupe KME France SAS pendant trois ans et un nouveau nom doit être donné à ce nouvel ensemble industriel.

Une nouvelle page s'ouvre donc pour l'institution ardennaise ayant appartenu dans le passé à Péchiney et Tréfimétaux.

Pascal Remy

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS