Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

KME France : 49 licenciements à Givet et 24 à Courbevoie

, , , ,

Publié le

La mise en place de la reprise de l'usine de KME France de Givet à Fromelennes (Ardennes) par le groupe finlandais Cupori se traduira par la perte de 73 emplois dans les Ardennes et au siège de Courbevoie (Hauts-de-Seine). Mais 214 emplois sont sauvés à Givet où la fonderie va même monter en puissance dans un nouveau groupe industriel.

La reprise du site KME France de Givet à Fromelennes (Ardennes) par le groupe finlandais Cupori a été officialisée le 20 novembre 2015 par la signature d'un accord majoritaire entre Dominique Dexant, le PDG de KME, et les partenaires sociaux (CGT, CFDT, CFE-CGC). La fonderie ardennaise va devenir le centre névralgique en passant d'une capacité de production de 40 000 à 80 000 tonnes de billettes. Elle travaillera désormais pour l'usine de Niederbruck (Haut-Rhin), celle de Serravalle en Italie et pour le groupe Cupori en Finlande, tout en reprenant l'activité d'une autre usine italienne située près de Florence.

Mais s'il garantit la pérennité de 214 emplois à Givet, l'ensemble du processus de réorganisation et de maintien de l'activité aura des conséquences sociales avec la suppression de 49 postes à Givet et 24 au siège de Courbevoie (Hauts-de-Seine). Les 73 salariés concernés feront l'objet d'un licenciement économique ou d'une dispense d'activité. A Givet, les 49 postes sacrifiés toucheront des cadres, agents administratifs, techniciens de qualité, magasiniers et agents de production rattachés à la maintenance-travaux neufs, la finition, la tuberie et l'ébauchage.

A l'avenir, les fonctions liées à l'environnement et à la sécurité seront regroupées et d'autres services mutualisés. Par ailleurs, et pour conserver la meilleure maîtrise des coûts possible, les sites de Givet et Niederbruck devront développer le maximum de synergies et créer des structures communes dans certains secteurs.

Un accompagnement financier sera assuré par le groupe KME France SAS pendant trois ans et un nouveau nom doit être donné à ce nouvel ensemble industriel.

Une nouvelle page s'ouvre donc pour l'institution ardennaise ayant appartenu dans le passé à Péchiney et Tréfimétaux.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus