Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Kit de survie à un entretien d’embauche (ou de stage) chez Total

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

"Quand on rentre chez Total, on ne la quitte pas", assurent les salariés.  Le groupe offre en effet parmi les  plus grandes capacités d’évolutions hiérarchiques et géographiques avec une présence dans 130 pays. Bonne nouvelle, avec le rebond attendu des cours du baril de pétrole, Total va relancer de vastes plans de recrutement. Pour sortir votre candidature du lot et arriver serein(e) à l’entretien, voilà les 5 informations indispensables à maîtriser.

Kit de survie à un entretien d’embauche (ou de stage) chez Total © DR

Attention, attention, à l’heure où les entreprises cultivent leur marque employeur pour séduire les meilleurs profils (cf. la page Total Careers), les informations qui circulent sur l’entreprise de vos rêves sont souvent incomplètes, voire fausses. Pour montrer lors de vos échanges avec l’entreprise, qu’on ne vous la fait pas, voilà cinq informations clés qu’il vaut mieux avoir en tête.

Les vraies data

1924 : création de Total en France. Le petit pétrolier va avaler les gros. D’abord Petrofina en 1999 et Elf Aquitaine en 2000. Avec ces deux acquisitions, le groupe devient la cinquième major mondiale derrière ExxonMobil, Chevron, Shell et BP.

100 000 salariés.

150 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

8,3 milliards d’euros de résultat net.

9 milliards de dollars investis par Total dans les énergies renouvelables depuis 2000. C’est l’entreprise qui a le plus investi dans ce secteur au monde.

La petite histoire

Le PDG de Total est Patrick Pouyanné. Son arrivée à la tête du pétrolier s’est faite de manière prématurée alors que Christophe de Margerie, le patron emblématique de l’entreprise, a perdu la vie dans un accident d’avion en Russie en 2014. Ancien patron de la branche Raffinage, il a gagné son prestige en rendant rentable cette activité chroniquement déficitaire pour le groupe. 

L’idée fausse

Le premier hydrocarbure chez Total n’est pas le pétrole… Mais le gaz, qui représente un peu plus de 50 % de la production du groupe. Sa part est amenée à croître dans les années à venir. Engagé dans la lutte contre le changement climatique, en particulier depuis la COP21 à Paris, le PDG juge que le gaz est un allié naturel des renouvelables pour décarbonner la planète.

Le point noir

La chute des cours depuis 2014 a durement touché l’entreprise, mais reste dans le vert grâce à un vaste plan d’économie : réduction de coûts de 2,8 milliards d’euros en 2016, et l'objectif de 3,5 milliards en 2017 et 4 milliards en 2018.

L’info Joker

Deux infos pour le prix d’une !

La première est que Total est un cas unique dans le monde du pétrole. C’est la seule supermajor qui s’est développée quasiment sans ressources pétrolières domestiques. Alors que les entreprises anglo-saxonnes ont pu forer sur leur territoire, Total a dû se porter hors des frontières de l’Hexagone, en particulier en Afrique. La seule ressource fut le gaz de Lacq (Pyrénées-Atlantique), un champ gazier géant aujourd’hui épuisé qui a permis de créer une puissante filière parapétrolière.

La seconde est que Total possède la "Nasa du pétrole", de son surnom donné en interne. Son centre de R&D de Pau, le Centre Scientifique et Technique Jean Féger (CSTJF), recèle le plus puissant supercalculateur en France et le seizième au monde (au classement de novembre 2016), Pangea, destiné aux études géologiques

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle