Kingfisher prudent sur la France, le bénéfice annuel progresse

LONDRES (Reuters) - Kingfisher, numéro un européen des magasins de bricolage et d'aménagement de la maison, a annoncé mercredi une hausse de 0,3% de son bénéfice annuel, battant ainsi le consensus, mais a dit rester prudent quant à ses perspectives en France, son marché le plus rentable.
Partager
Kingfisher prudent sur la France, le bénéfice annuel progresse

Le groupe, propriétaire des enseignes britanniques B&Q et Screwfix et des françaises Castorama et Brico Dépôt, a réalisé un bénéfice imposable de 686 millions de livres (866 millions d'euros) sur l'exercice annuel clos le 31 janvier.

Les analystes attendaient en moyenne un résultat de 667 millions après celui de 684 millions dégagés l'exercice précédent.

Les ventes du groupe ont progressé de 3,8% à taux de change constant à 10,3 milliards de livres mais leur hausse n'a été que de 1,2% en France contre +5,6% au Royaume-Uni et en Irlande.

"A court terme, les fondamentaux du contexte économique britannique restent positifs, mais nous restons prudents pour les perspectives en France", a dit la directrice financière, Karen Witts.

"Les perspectives plus larges de l'économie mondiale restent incertaines et l'impact du référendum sur l'UE au Royaume-Uni est inconnu", a-t-elle ajouté.

La directrice générale, Véronique Laury, avait présenté en janvier une stratégie visant à augmenter les bénéfices annuels de 500 millions de livres d'ici 2021 pour un coût de 800 millions sur cinq ans, en misant entre autres sur le commerce électronique et les gains de productivité.

Elle a précisé mercredi que Kingfisher distribuerait 600 millions de livres à ses actionnaires sur les trois prochaines années par le biais de rachats d'actions.

En Bourse, l'action du groupe gagnait 3,05% à 361,3 pence à 8h51 GMT, la meilleure performance de l'indice FTSE 100 de la Bourse de Londres, qui prenait alors 0,25%.

Avant mercredi, le titre affichait une hausse de 7% sur les trois derniers mois mais un repli de 6% sur un an. Au cours de clôture de mardi, l'entreprise était valorisée environ huit milliards de livres.

(James Davey, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS