Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Kindy placé en liquidation judiciaire conformément au plan de reprise de ses activités

, , , ,

Publié le , mis à jour le 12/07/2017 À 10H47

Le tribunal de commerce de Beauvais (Oise) a converti la procédure de redressement judiciare du groupe Kindy en liquidation judiciaire. Cette mesure était attendue dans le cadre de la reprise des activités de l'entreprise. Le pôle chaussettes sera géré par deux entrepreneurs indépendants, tansdis que le groupe Spartoo obtient l'activité chaussures pour enfants.

Kindy placé en liquidation judiciaire conformément au plan de reprise de ses activités © Pascal Guittet

Les procédures de redressement judiciaire des différentes sociétés du groupe Kindy (150 salariés, 32 millions d'euros de chiffre d'affaires) ont été requalifiées en liquidation judiciare par le tribunal de commerce de Beauvais (Oise) mercredi 12 juilet. Cette décision était attendue dans le cadre de la reprise des activités du fabricant de chaussures et chaussettes annoncée par le tribunal le 2 juin. Comme attendu, le tribunal de commerce de Beauvais avait retenu le seul dossier français en lice pour la reprise du pôle chaussettes de Kindy. En l'occurrence, celui porté par un binôme d'entrepreneurs indépendants, qui prévoient le maintien d'une activité industrielle et donc, de l'usine de Moliens, dans l'Oise. 60 des 110 emplois devraient être sauvegardés. Les deux associés veulent relancer la marque Kindy en investissant deux millions d'euros, notamment pour réorienter la stratégie commerciale du groupe sur Internet. "Il s'agit de s'affranchir de la dépendance de la grande distribution", explique Thierry Carpentier, désormais à la tête de la so ciété Kindy Project.
Ce projet bénéficiait du soutien des salariés, en dépit de l'annonce d'un plan de départs volontaires de 27 salariés. Les syndicats semblaient préférer la solution française aux deux autres candidats en lice, tous deux néerlandais.

Quant au pôle chaussures haut-de-gamme pour enfants, il est lui aussi repris par un Français, le groupe Spartoo, historiquement spécialisé dans le e-commerce. 70 % des effectifs de l'usine de Andrezé dans le Maine-et-Loire, doivent être conservés.
"Nous allons relancer les marques GBB et Catimini chaussures grâce à Internet, mais aussi avec notre réseau de magasin. Nous misons fortement sur l'international", indique Boris Saragaglia, PDG de Spartoo. Le dirigeant, qui sera "dès mardi sur le terrain, avec les salariés", estime que l'urgence est pour l'heure de rassurer les nouveaux salariés "après une période très difficile".

Pour mémoire, le tribunal de commerce de Beauvais avait placé la société Kindy en redressement judiciaire, le 25 avril dernier, suite au déclenchement d'une procédure de sauvegarde, en février. Kindy a enregistré des pertes importantes, liées notamment à la crise du textile dans la grande distribution. Selon certaines sources proches du dossier, ses dettes s'élèveraient à plus de 10 millions d'euros.

Guillaume Roussange

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus