Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Keolis et RATP Dev vont exploiter la future liaison CDG Express

Olivier Cognasse , , , ,

Publié le

Malgré la plainte déposée par Transdev, l’Etat a désigné le groupement Hello Paris constitué de Keolis et de RATP Dev pour exploiter la future ligne devant relier la gare de l’Est à l’aéroport Charles-de-Gaulle.

Keolis et RATP Dev vont exploiter la future liaison CDG Express
Les futurs trains du CDG Express seront des Regiolis d'Alstom adaptés aux liaisons aéroportuaires.
© Alstom Transport

Pour ceux qui craignaient que la future ligne CDG Express, qui permettra de relier le centre de Paris, via la Gare de l’Est au terminal 2 de l’aéroport Charles-de-Gaulle, ne soit pas prête pour les futurs Jeux Olympiques de 2024, c’est une bonne nouvelle.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a tranché selon un communiqué. "Conformément au règlement de la consultation, après analyse des offres remises par les candidats, et sur avis d’une commission consultative associant les membres de plusieurs administrations et présidée par un membre du CGEDD (Conseil Général à l’Environnement et au Développement Durable), le ministre d’État décide de retenir comme titulaire pressenti le groupement conduit par Keolis pour assurer l’exploitation du CDG Express. Cette décision ouvre une phase de mise au point du contrat qui, si elle aboutit favorablement, conduira à la signature du contrat d’ici la fin du mois de janvier 2019."

Un contrat d'exploitation de 15 ans

L’Etat a donc désigné, lundi 19 novembre, malgré la plainte déposée il y a quelques jours par Transdev devant l’Autorité de la concurrence, comme "titulaire pressenti" le groupement Hello Paris qui associe les opérateurs Keolis (groupe SNCF) et RATP Dev (RATP Group).

Ce groupement exploitera cette ligne longue de 32 kilomètres, où circuleront 12 rames Coradia Liner de type Regiolis construites par Alstom mais adaptées pour devenir des trains aéroportuaires. Le matériel roulant sera maintenu au Technicentre de Paris-Est pour réaliser des économies. Le trajet, qui devrait coûter 24 euros par passager, doit être réalisé en 20 minutes. C’est un contrat de 15 ans avec une mise en service qui débutera en 2024. Mais il comprend aussi une période de préparation de l’exploitation d’une durée de 5 ans (2019-2023).

Hello Paris renforce le monopole de la SNCF et de la RATP selon Transdev

Pour ce premier appel d‘offre qui préfigure l’ouverture à la concurrence des chemins de fer en France, deux candidats avaient décidé de concourir. L’opérateur Transdev, dont l’actionnaire majoritaire est la Caisse des dépôts, avait choisi des trains produits par le suisse Stadler.

Les deux protagonistes ont mis en avant leur complémentarité : la RATP exploite déjà des liaisons aéroportuaires, comme l’Orlyval et la SNCF est le spécialiste du ferroviaire. Quand Transdev a décidé de déposer une plainte il y a quelques jours, leurs concurrents se sont étonnés d’une plainte si tardive alors que les préqualifications pour l’appel d‘offre ont eu lieu il y a vingt mois.

Et même si le contrat est signé en janvier, tant que cette plainte ne sera pas retirée ou que l’Autorité de la concurrence n’aura pas rendu son verdict, le respect des délais pour être prêt en 2024 ne pourra pas être assuré. Si Transdev refuse de s’exprimer, il semble que la filiale de la Caisse des dépôts considère que le groupement renforce le monopole de la SNCF et de la RATP sur l’Île-de-France.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle