Kem One s’oriente vers une cessation de paiement

1 300 salariés du groupe issu de la cession du pôle vinylique d’Arkema sont concernés par l’ouverture de cette procédure judiciaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Kem One s’oriente vers une cessation de paiement

La direction de Kem One va déposer, mardi 26 mars, une demande de cessation de paiement devant le tribunal de commerce de Lyon (Rhône). Cette annonce a été faite lors du comité central d’entreprise extraordinaire lundi 25 mars au siège de la société à Lyon.

Gary Klesch, PDG de l’entreprise créée à partir de la reprise des activités vinyliques d’Arkema, n’était pas présent à cette réunion. Une absence déplorée par Grégory Benedetti (délégué Force Ouvrière) qui a estimé que "la direction n’avait pas apporté la preuve d’un défaut de trésorerie".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La procédure concerne 1 300 salariés des cinq usines françaises du groupe à Fos-sur-Mer et Lavéra (Bouches-du-Rhône), Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence), Balan (Ain) et Saint-Fons (Rhône).

De passage à Lyon pour l’inauguration du forum Biovision, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, s’est déclaré "extrêmement préoccupé" par la situation de l’entreprise et a demandé à Kem One d’"assurer ses engagements". De son côté, Didier Chaix (CGT) met la pression sur Arkema pour que ce groupe "assume ses responsabilités et récupère son pôle vinyle".

Des assemblées générales du personnel auront lieu mardi sur les sites de Kem One, notamment à Balan et Saint-Fons.

Vincent Charbonnier

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS