Jusqu'à 30 000 emplois générés par l'arrivée de Free Mobile

Selon une étude commandée par sa maison mère Iliad, l'entrée de l'opérateur sur le marché français a libéré plus de 1,7 milliard d'euros de pouvoir d'achat supplémentaire en France. La hausse de consommation en résultant aurait bénéficié à tous les secteurs de l'économie ce qui aurait permis de créer entre 16 000 et 30 000 nouveaux emplois.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Jusqu'à 30 000 emplois générés par l'arrivée de Free Mobile

Accusé il y a une semaine par le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg d'avoir "placé Alcatel en situation de grande difficulté", Free serait finalement un véritable générateur de pouvoir d'achat et d'emplois nouveaux, deux préoccupations majeures des Français.

La maison mère Iliad a en effet commandé une étude à deux universitaires (voir document en bas de l'article) pour connaître les externalités positives liées à l'arrivée d'un quatrième opérateur sur le marché français. Et elles sont nombreuses.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Tout d'abord, les deux économistes - Augustin Landier, professeur à la Toulouse School of Economics, et David Thesmar, professeur à HEC Paris - estiment à 1,7 milliard d'euros le pouvoir d'achat "libéré" en France par Free.

En conséquence, cette baisse du budget moyen des ménages consacré aux moyens de télécommunications a entraîné un surcroît de consommation qui a profité à tous les secteurs de l'économie. L'étude évalue ainsi l'impact sur l'emploi à une fourchette comprise entre 16 000 et 30 000 nouveaux emplois crées dans l'Hexagone.

Plans de départs volontaires chez les concurrents de Free

Pourtant, outre le lien établi par Arnaud Montebourg avec la situation d'Alcatel qui vient d'annoncer plus de 1 400 suppressions d'emplois en France, on se souvient que Bouygues Telecom et SFR n'avaient pas tardé a a annoncé des plans de départs volontaires qu'ils reliaient directement à l'arrivée d'un quatrième opérateur. Le premier a ainsi annoncé 556 postes supprimés et le deuxième doit présenter les détails de son plan d'ici à la fin du mois de novembre.

L'étude commandée par Iliad dément donc tout impact négatif de Free sur l'emploi global en France. De plus, dans le secteur de la téléphonie mobile, les deux économistes constatent que l'arrivée de l'opérateur "semble inciter les opérateurs historiques à investir pour offrir à leurs clients des services nouveaux".

Augustin Landier et David Thesmar notent en particulier "un basculement accéléré vers la 4G", la nouvelle norme de téléphonie mobile permettant de bénéficier d'un débit internet plus rapide sur un appareil mobile.

Toutefois, si la baisse généralisée des tarifs a apporté du pouvoir d'achat aux ménages, elle a aussi fait considérablement chuter les chiffres d'affaires des principaux opérateurs. Les conséquences en termes d'emploi de l'arrivée de Free devront donc être évaluées à plus long terme pour prendre en compte les mouvements de fonds en cours dans ce secteur.

Etude Impact Macroeconomique 4eme Licence Nov2012

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS