Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Julian Assange, éditeur de Wikileaks

Publié le

L’entreprise n’a pas de secret pour lui.

Julian Assange, éditeur de Wikileaks

Seules ses sources ont droit au secret. Pour Julian Assange, le co-fondateur de Wikileaks en 2006 (« leaks » signifie « fuites » en anglais), toutes les autres organisations, publiques ou privées, doivent se résoudre à la transparence. Son but est connu : il veut rompre l'asymétrie d'information entre pouvoirs publics, tout puissants, et citoyens. Son arme, Internet, a fait ses preuves pour modifier les rapports de force. Et si jusque là, les documents militaires ou diplomatiques publiés par le site d'information activiste ont surtout dévoilé des affaires d'Etats, en 2011, les entreprises risquent de voir déballer leurs petites affaires sur la place publique. Aucune n'est à l'abri de la publication de données compromettantes. D’ailleurs, certains câbles diplomatiques ont mis en cause des industriels français, comme Sofradir, Astrium ou Bouygues. D'autres, comme Eutelsat, avaient déjà été pointés par un document publié directement sur Wikileaks.


La force de la machine à dénoncer de Julian Assange, c’est de garantir l'anonymat (sauf pour Bradley Manning, le militaire de 23 ans à l'origine des fuites du Pentagone) de ses fournisseurs de secrets. Le charismatique cyberactiviste australien de 40 ans, est aussi un informaticien et pirate de talent, expert en cryptographie. En 1997, il  a notamment codéveloppé un système de chiffrement destiné à l'usage des défenseurs des droits de l'homme qui avaient besoin de protéger des données sensibles.
Homme de l'année 2010 pour les uns, extrémiste mégalomane pour les autres, Julian Assange a ses émules et ses dissidents, comme l'allemand Daniel DomScheit-Berg. Cet ancien de Wikileaks s'apprête à lancer Openleaks, une nouvelle boite aux lettres électroniques dans laquelle les informateurs pourront poster anonymement leurs données confidentielles et choisir quels médias pourront les diffuser. D'autres copies se préparent, comme BrusselsLeaks, BalkanLeaks ou encore CrowdLeaks, sans parler du mort-né Wikileaks13. Les secrets, même privés, vont être difficile à garder.
 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle