Johnson dit voir en Biden un "grand bol d'air frais"

BAIE DE CARBIS, Angleterre (Reuters) - Le Premier ministre britannique Boris Johnson a décrit jeudi comme un "grand bol d'air frais" le président américain Joe Biden pour la volonté de ce dernier de travailler avec Londres sur un large éventail de questions, qu'il s'agisse d'environnement, de COVID-19 ou encore de sécurité.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Johnson dit voir en Biden un
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a décrit jeudi comme un "grand bol d'air frais" le président américain Joe Biden pour la volonté de ce dernier de travailler avec Londres sur un large éventail de questions, qu'il s'agisse d'environnement, de COVID-19 ou encore de sécurité. /Photo prise le 10 juin 2021/REUTERS/Toby Melville

"C'est nouveau, c'est intéressant et nous allons travailler très dur ensemble", a dit Boris Johnson après s'être entretenu avec Joe Biden. "Nous avons discuté pendant 1h20 environ. C'était une longue, longue et bonne session. Nous avons couvert un large éventail de sujets".

Londres veut tenter de profiter de la venue en Europe du locataire de la Maison blanche pour raviver les liens bilatéraux après les tumultes de la présidence de Donald Trump, lequel a laissé perplexes de nombreux alliés de Washington et éloigné les Etats-Unis de pactes internationaux.

Boris Johnson a minimisé les divergences entre Londres et Washington sur l'impact du Brexit pour la paix en Irlande du Nord, déclarant que les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Union européenne étaient en "complète harmonie" dans l'optique de trouver des solutions pour préserver les accords de 1998.

A la question de savoir si Joe Biden avait exprimé très clairement ses craintes sur la situation en Irlande du Nord, le dirigeant britannique a répondu par la négative.

"L'Amérique, les Etats-Unis, Washington, le Royaume-Uni, plus l'Union européenne, partagent une chose qu'ils veulent absolument faire", a-t-il dit. "Et c'est préserver l'accord du Vendredi Saint, et s'assurer que nous préservons l'équilibre du processus de paix. C'est une base commune absolue."

(Guy Faulconbridge, Kate Holton et David Milliken; version française Jean Terzian)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS