John Fleming, Président et PDG de Ford Europe

«Le marché automobile est fortement corrélé avec celui de l'immobilier»

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

John Fleming, Président et PDG de Ford Europe
Si Ford est en perte de vitesse au niveau mondial, l'Europe reste un marché porteur pour le constructeur américain. Ainsi sur les trois derniers trimestres, 1149 800 unités ont été écoulées sur les principaux marchés européens. Sur ces marchés, la France reste le plus porteur avec une croissance de 11,8% en volume avec 110 100 véhicules vendus, moins que les 180 000 en Allemagne et en Angleterre avec 336 000 unités vendues. Cette dynamique, Ford espère bien la conserver avec la toute nouvelle Ford Fiesta et Ford Ka. Même si le design de cette dernière est nettement plus conservateur que son aînée. Au-delà de ces chiffres, l'actualité n'est guère souriante pour le constructeur et l'inquiétude prévaut sur les prochains mois comme nous le confiait John Flemming, Président et PDG de Ford Europe.
Lequel commente l'aide de 25 milliards promise aux constructeurs par le gouvernement américain. «Chacun tente de faire ce qu'il peut pour réduire le CO2 et relancer l'économie. Je ne suis pas sûr que chacun apprécie le montant des coûts nécessaire pour assurer la transition vers de nouveaux véhicules moins pollutants. En dégageant une enveloppe de 25 milliards de dollars, les Etats-Unis ont décidé de modifier l'économie des constructeurs en les aidants à changer de modèle. Il convient de rappeler, que ces sommes bénéficieront aussi aux sous-traitants. Au vu de l'actualité, c'est aussi un moyen d'aider les constructeurs à passer le cap actuel. C'est sans doute pour nous le cycle économique le plus difficile que nous ayons eu à vivre.Reste que les critères pour bénéficier de cette aide ne sont pas encore très clairs.»

Actuellement, le marché européen est assez positif pour Ford. Cette tendance est-elle pérenne ?
Le marché est plus difficile, l'économie ralentit, le prix de l'essence est élevé, les acheteurs réagissent forcément en surveillant leurs dépenses. Nous prévoyons de vendre 500 000 unités en 2009, si tout va bien. De plus, il y a une très forte corrélation entre le marché de l'immobilier et celui de l'automobile. Ainsi, en Angleterre et en Espagne où l'immobilier va mal, nous continuerons à souffrir tant que le marché ne sera pas rétabli. Nous avons survécu aux précédentes crises. Mais cela reste difficile de prévoir ce qu'il se passera l'an prochain tant les facteurs pour que la confiance revienne sont nombreux. Le retour du crédit est une de ces variables.

Allez-vous continuer vos restructurations pour affronter ces difficultés ?
Nous devons continuer à réagir au marché. Nous avons du prendre des décisions difficiles pour réagir et adapter notre offre à la demande. En contrepartie de ces actions, nous avons renoué vec la croissance cette année. Nous avons vendu plus d'un million d'unités, plus que ce que nous n'avons jamais réalisé dans le passé. Il est plus facile de garder les capacités intactes quand on est en croissance, mais aujourd'hui nous devons regarder les volumes au global et nous ajuster. Mais, pour l'instant je ne vois pas de restructurations majeures à réaliser.

Ford Ka

Héritée de la plateforme de la petite Fiat 500, la Ford ka fera une apparition dans le prochain James Bond, Quantum of Solace (sortie le 31 octobre). La Ka II, commercialisée au mois de janvier 2009, disposera d'un moteur diesel à côté de son essence. Ces deux motorisations émettront moins de 120 g/km et seront « bonusées » 700 euros.


Cette adaptation au marché est mensuelle, trimestrielle ?
Mensuelle, nous continuons à regarder le carnet de commandes.

Vous avez ouvert récemment une usine en Roumanie, c'est pour produire des véhicules low-cost ?
Non, nous y produirons le Transit connect, comme en Turquie. Nous produirons aussi une nouvelle petite voiture dès la fin 2009, qui ne sera pas une Fiesta. Nous prévoyons de produire 300 000 véhicules et moteurs par an. Mais nous n'avons pas de plans particuliers pour un véhicule low-cost. Nous estimons être très compétitifs sur les prix et préférons au low-cost l'extension de notre portefeuille. Clairement, sur le low-cost, nous n'avons pas de plans définis.

Ford est très offensif sur les moteurs à biocarburants. Restez-vous sur la même ligne ?
Nous continuerons nos développements sur les biocarburants. Pour certains pays, à l'image de la Suède, où nous sommes leaders c'est important. La politique de l'Union Européenne devrait aussi évoluer avec les biocarburants de deuxième génération qui ont le mérite de clore le débat « fuel or food ». Donc oui, nous continuerons à avoir du biofuel, nous développerons encore des moteurs et nous verrons comment répondre aux besoins des utilisateurs. Nous tenons bons en attendant la prochaine génération de bio-carburants.

Pour vous, c'est la technologie qui émergera ?
Nous croyons que de nombreuses technologies cohabiteront pendant un temps, mais sans pouvoir prédire laquelle sera prédominante. La logique voudrait que ce soit celle qui offre la meilleure optimisation des coûts et le meilleur rendement, mais il n'y en aura probablement pas qu'une. Il y a encore une marge de progression sur le moteur thermique avec l'injection directe ou le système « start and stop ». Il ya beaucoup de débats sur la voiture électrique, hybride etc. Pour l'instant nous devons travailler sur toutes sur ces technologies, ce que nous faisons.


propos recueillis parFabrice Frossard



Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS