Joël Viry : « Gagner en visibilité avec Polymeris »

Des motifs personnels ont empêché le président de Plastipolis de présenter lui-même le futur pôle de compétitivité consacré aux caoutchoucs, plastiques et composites à l’occasion de la Conférence Plasturgie 2020 100 % web. Séance de rattrapage.

Partager
Joël Viry : « Gagner en visibilité avec Polymeris »

Quel est l’objectif de la création de Polymeris ?

Polymeris, c’est la fusion des pôles de compétitivité Elastopôle et Plastipolis. Sa création sera officielle le 18 décembre et effective à partir du 1er janvier 2021. L’objectif est tout simplement d’atteindre une taille plus importante, significative, pour gagner en visibilité et en attractivité au niveau français mais surtout européen. « 1 + 1 » doit faire plus que 2 !

La finalité étant d’embarquer un maximum d’adhérents actuels ou futurs sur la route de l’innovation. Innover est encore plus important qu’auparavant dans la plasturgie, particulièrement en matière d’économie circulaire et d’industrie du futur. C’est pourquoi, il nous faudra être plus agressifs en matière de communication, pour être plus accessible et aller chercher des structures encore plus petites.

N’oublions pas que dans le secteur une PME moyenne réalise 3 millions de chiffres d’affaires avec 25 salariés et que, bien souvent, son dirigeant a un rôle très opérationnel et a du mal à prendre du recul pour inciter à l’innovation collaborative. Notre objectif est de les pousser à changer de point de vue, leur montrer que travailler en partenariat est fondamental.

Comment va se dérouler concrètement la fusion ?

Polymeris est dédié aux plastiques et aux composites, mais aussi aux caoutchoucs. Hormis pour le secteur particulier du pneumatique, les élastomères sont déjà utilisés par de nombreuses entreprises de plasturgie. D’ailleurs, certains adhérents d’Elastopôle auraient pu l’être chez Plastipolis et réciproquement ! La première année sera notamment consacrée à l’intégration opérationnelle des équipes. Au niveau de la gouvernance, les comités scientifiques ont déjà menés plusieurs réunions ensembles. Les deux bureaux se réuniront dans leur intégralité dans un premier temps avant de passer à une structure rassemblant entre douze et quatorze personnes, avec la volonté de construire un équilibre en termes de tendances industrielles, de répartition régionale et de tailles d’entreprises.

La naissance de Polymeris a été retardée de plusieurs mois. Pourquoi ?

Plusieurs collectivités locales dont nous dépendons en termes de subventions n’avaient pas bien saisi notre démarche, pensant que notre volonté était de réaliser des économies d’échelle et de supprimer des implantations locales. Alors qu’au contraire, nous voulons aller vers davantage de proximité. Il était donc urgent d’attendre. Nous avons préféré suspendre le projet et prendre le temps de l’explication. D’ailleurs, certaines collectivités comme la municipalité d’Oyonnax, Haut-Bugey Agglomération et la région Auvergne-Rhône-Alpes, ont au final consenti à un effort supplémentaire en matière de financement.

Comment ce nouveau pôle de compétitivité va-t-il s’insérer dans le paysage renouvelé de la profession avec la création de Polyvia autour de la Fédération de la plasturgie ?

Quand j’ai commencé dans la filière plasturgie en 2012, j’ai trouvé le paysage particulièrement complexe et touffu. Avec Polyvia, Polyvia Formation ou encore le centre technique IPC, il nous faudra mutualiser les moyens sur le terrain pour en être plus proche. Chacun doit évidemment se concentrer sur ses missions, mais notre cartographie de services doit être complémentaires. Soyons pragmatiques, chassons en meute ! Nous sommes là pour nous mettre au service de nos adhérents.

Que change la crise sanitaire et économique à votre approche ?

La crise ne modifie pas notre feuille de route, tournée vers l’économie circulaire et l’industrie 4.0, mais nous pousse à être plus présent sur le terrain, plus agile et plus rapide. Nous devons être plus proches de nos adhérents dans ces moments extrêmement compliqués où se mêlent pertes de chiffres d’affaires et de repères. Et les assister afin qu’ils puissent par exemple se repositionner sur un marché connexe au leur. Mais la crise, c’est aussi un effet d’opportunité avec le plan de relance et ses fonds fléchés vers l’innovation. À nous de jouer notre rôle de facilitateur !

En tant que nouveau président, aller vous apporter une touche personnelle au pôle ?

Oui, le côté humain et plaisir au travail qui me tient à cœur. Il est important de faire des choses sérieuses, mais sans se prendre au sérieux ! C’est cet aspect humain qui donne la force à chacune de nos structures.

NEWSLETTER Plasturgie

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES WEBINARS

  • Inscription 100% Gratuite
  • Alertes email avant le webinar
  • Zone de chat pour vos questions
  • Mise à disposition du replay
+ 50 Replays disponibles
3 clés pour réduire la déformation de vos pièces plastiques

17 juin 21 10h30 - 45 min

3 clés pour réduire la déformation de vos pièces plastiques

Proposé par Plastiques & Caoutchoucs

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Plasturgie

Système de séchage

KOCH-TECHNIK

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

77 - Nemours

Entretien et dépannage des logements (vacants/occupés) et des parties communes sur le patrimoine de Val du Loing Habitat

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS